Singapour

Départ et Singapour 1 (1er – 3 juillet) 

Bon il faut l’avouer, il y a toujours un sentiment d’irréalité qui découle des voyages en avion. Et cette sensation s’accentue d’autant plus qu’il y a d’heures de vol. Ceci est probablement du à la perte des repères pour le cerveau : repère de temps d’abord puisque les décalages horaires s’additionnent d’un vol à l’autre, repères de températures puisque celle-ci varie souvent entre les points de départ et d’arrivée et repères géographiques vu que la destination finale est souvent nouvelle (sans parler de la langue qui diffère souvent). Tout ça pour dire qu’après les trois vols d’avion qui nous amènent d’Edmonton à Singapour nous sommes totalement dépaysés, surtout que nous avons littéralement perdu une journée du calendrier vu le passage de la ligne de changement de jour. Et un vol de 16 heures, c’est tout de même long!  Malgré tout, il est facile de se débrouiller à Singapour, ville moderne avec des transports en commun bien développés. Tous les métros du monde ont un petit quelque chose de similaire…  donc on trouve facilement l’appartement de Jean-Luc et on y laisse nos affaires avant de partir explorer les environs, question de se familiariser avec notre environnement. Malgré le fait que nous avons bien dormi dans le dernier vol, la tête est fatiguée mais il est important de rester debout et de marcher sans trop avoir à réfléchir. Voilà pourquoi une grande ville bien développée est le point de départ idéal. Alors nous choisissons une section de la ville très pittoresque : Little India. Ses rues sont colorées avec de belles petites boutiques et des temples hindous intéressants à visiter. Nous y revenons vers 16 heures et après un petit repos à l’appartement, nous allons nous baigner à la piscine du complexe d’appartements. Pour, ça donne une chance de se garder éveillés et rafraîchis. Après le souper, nous partons prendre une marche à Gardens on the bay, l’endroit où il y a des arbres métalliques gigantesques. Il y a un spectacle de sons et lumières sur ces structures le soir. C’est presque magique dans ce bel endroit surtout avec la température parfaite en soirée. Cet endroit très fameux de Singapour nous fait réaliser à quel point cette ville a des attractions  et des bâtiments uniques en leur genre. Allez voir sur Internet si vous ne connaissez pas ce parc récemment construit mais qui est déjà réputé par son originalité.

Observations :

À Singapour, mieux vaut utiliser les transports en commun. En fait, il y a au moins trois bonnes raisons pour cela :

  1. le prix des automobiles qui est environ 4 à 5 fois plus élevé qu’au Canada… Je vous laisse faire le calcul pour la vôtre;
  2. le prix de l’essence qui est environ le double de ce que l’on paie au Canada;
  3. le fait que les transports en commun sont extrêmement bien développés et abordables.

Ici le chauffeur est à droite, et on conduit à gauche, comme en Angleterre, ce qui démontre le passé colonial britannique de cette ville. Qui plus est, on marche à gauche sur les trottoirs, on se tient à gauche sur les escaliers roulants et on se tasse à gauche pour laisser passer les gens qui arrivent face à nous.

Appartement chez Jean-Luc, cousin à Marc-André (celui à gauche) 

Intérieur de l’appartement 

Little India

Mosquée dans le quartier Little India 

L’hôtel Marina Bay

Arbres métalliques au jardin de la baie

4 juillet

Comme ça fait du bien de dormir toute une nuit en position horizontale dans un lit! Croyez-le ou non, ce matin le décalage horaire ne se fait plus ressentir. Il fait beau et chaud mais pas écrasant. Question de rester actifs nous choisissons d’explorer un parc naturel un peu au nord du centre ville avec une marche d’une dizaine de km dans la forêt tropicale. Une des sections de la piste qui est exceptionnelle est un pont suspendu au-dessus de la canopie… très haut… s’abstenir pour ceux qui ont le mal des hauteurs! Le long de la piste on voit plusieurs singes, des lézards, des oiseaux et des insectes. Je crois que le plus intéressant dans ce genre de pistes ce sont les plantes, toutes plus diverses les unes que les autres. En fait c’est toujours surprenant de reconnaître les plantes en pot qui décorent l’intérieur de nos maisons, cette fois-ci dans leur environnement naturel. Retour vers 16h, baignade et souper.

En soirée, nous allons flâner sur la rue commerciale principale, Orchard Road, où l’on trouve tous les grands magasins connus à travers le monde. Nul besoin de mentionner que Singapour se métamorphose à la tombée du jour pour se parer d’une symphonie de couleurs grâce aux lumières qui décorent chaque édifice. On dirait une toute autre ville à découvrir.

 

Observations :

  • Peu importe que le métro soit bondé de gens, il y règne toujours un silence étonnant (flash du Japon)! Interdit de boire ou manger dans le métro qui est d’une propreté exemplaire. Il y a des toilettes dans chaque station (très propres) et le papier toilette est fourni!
  • Ici la langue principale est l’anglais. Tous les panneaux sont d’abord en anglais. Aucun problème de communication.
  • On ne donne jamais de serviettes pour les mains dans les restaurants. Apportez les vôtres! Par contre on vous offre soit des baguettes soit des ustensiles.

Tree top, le pont suspendu

5 juillet

L’air climatisé est à Singapour ce que le chauffage est au Canada! Je ne crois pas qu’il serait possible de dormir la nuit sans air climatisé. Et pourtant, l’électricité ici coûte environ 4 fois plus cher que chez nous. Difficile à croire quand on constate l’utilisation à plein régime des climatiseurs.

Bon, j’avoue que les nouilles au déjeuner ça ne passe pas aussi facilement qu’au dîner ou au souper. Nous partons visiter le centre-ville sous un ciel bleu qui se couvre étonnamment vite vers midi. Bonne leçon : ne jamais partir sans parapluie, peu importe la couleur du ciel le matin! Les centre-villes ont beau se ressembler, celui de Singapour se démarque par sa diversité. Ils ont dû s’amuser ces architectes… qu’elle chance car il n’y a rien d’ennuyant dans cette promenade à pied. Et c’est génial de reprendre le métro quand bon nous semble pour passer d’un endroit à l’autre. C’est donc durant la visite du Chinatown que le ciel nous tombe sur la tête. Pas de problème : retour dans le métro et pause café près de l’appartement.

Observations :

  • La cuisine de Singapour reflète bien sa diversité culturelle. On y trouve de tout, particulièrement la nourriture chinoise et indienne (en plus de tout ce que vous pouvez imaginer). C’est à peu près comme les couleurs de peau : on y trouve toute la pallette de couleurs!
  • OK, je dois l’admettre, au Canada nous ne sommes pas vraiment habitués à voir des avions de chasse survoler au-dessus de nos têtes. Ici c’est commun malgré le fait que ça me surprend chaque fois!

6 juillet

Après 4 jours, les habitués du petit café d’en face nous dévisagent un peu moins au petit-déjeuner. Et c’est presque routinier que d’aller prendre le métro. Surtout que nous retournons dans le Chinatown poursuivre notre visite interrompue hier par l’orage. Ici les gens de différentes cultures se côtoient quotidiennement. Pas étonnant de trouver un temple hindou à côté d’une mosquée suivie d’un temple chinois. Et il y a des gens partout puisque Singapour compte près de 6 millions de personnes sur un territoire à peu près équivalent à Edmonton et sa banlieue. Malgré tout, on s’y sent en sécurité partout où l’on va. Ce qui est génial aussi c’est de passer sa journée entière en plein air. Pieds nus dans nos sandales, aucun problème qu’il fasse beau ou qu’il pleuve, il ne fait jamais froid. Et on mange tous les repas dehors sur les terrasses des petits restaurants. Jamais besoin de s’inquiéter pour la bouffe, il y en a partout… Petits restaurants locaux, grands restaurants, épiceries, 7-Eleven (comme les Couche-tard), kiosques, pâtisseries, Starbucks (et tous les fast-foods connus), etc.

De retour dans le métro après le dîner pour aller revoir le parc Gardens by the bay où l’on trouve les arbres métalliques gigantesques. Allure différente en plein jour mais de toute beauté puisque c’est un jardin botanique.

Observations :

  • Mais où sont donc les mobylettes qui envahissent littéralement plusieurs des pays asiatiques? Il n’y en a pas à Singapour. Donc la pollution par le bruit est minimale. Par contre on voit de grosses trottinettes électriques sur les larges trottoirs… et elles filent à toute allure!

 

Un Martin pêcheur 

Les autobus publiques sont plus hautes qu’ au Canada

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *