Palawan 1

Le mercredi 16 janvier Manille et Puerto Princesa

Quel jour est-il? Ah oui, le mercredi 16 janvier 2019. Et pourtant il me semble que nous sommes partis d’Edmonton hier matin, soit le lundi 14 janvier. Quand on y pense, trois vols pour se rendre ici, à Manille, ça cumule de la distance. De plus, voler en direction du soleil et traverser la ligne de date, rien de mieux pour dépayser le cerveau, si logique et tellement ancré dans un cycle circadien bien défini. Bon tout ça pour dire qu’à l’arrivée, on ne sait plus quel jour et quelle heure il est, on a faim sans avoir faim, on a froid tout en ayant chaud, on a de la difficulté à réfléchir et à répondre à la moindre question et pour terminer, on s’endort sans vraiment s’endormir et ce, à tout moment du jour ou de la nuit. Et ça va durer pour les 4-5 prochains jours car le cerveau résiste.

Mais parlons maintenant du voyage car il nous reste encore un vol à prendre pour notre destination finale soit Puerto Princesa sur l’île de Palawan. Nous avons eu la chance de prendre quelques heures de vrai sommeil (à plat, dans un lit!) à Manille, tout près de l’aéroport avant de repartir pour le Terminal 4, d’où décolle notre 4e vol. En chemin nous sommes émerveillés par la nouveauté de notre environnement : le soleil, la température (environ 25 degrés), les gens qui nous saluent, le trafic monstre, les véhicules en tous genres sur la route, etc. Et arrivés au terminal des vols domestiques il y a foule et surtout, beaucoup de touristes qui partent pour les îles. Après un vol sans encombres et une fois à notre hôtel, nous passons le reste de la journée dans un état semi-végétatif dû au décalage horaire.

Le jeudi 17 janvier

Petit train train quotidien aujourd’hui, histoire de donner la chance au cerveau de comprendre comment on a pu passer de -20 à +25 degrés en si peu de temps!

Pour vous situer un peu, les Philippines comprennent environ 7 000 îles où habitent près de 110 millions d’habitants. Ici il y a deux saisons. En ce moment, c’est la saison sèche, qui dure de novembre à mai. Elle est suivie par la saison des pluies, qui est aussi caractérisée par le passage de typhons. Étant situé sur la ceinture de feu, ce pays compte plusieurs volcans, certains plus actifs que d’autres. Le mont Pinatubo, ça vous dit quelque chose?

Finalement, les Phillipins sont en majorité catholiques très pratiquants et ils sont réputés comme étant accueillants, tolérants et d’une gentillesse hors du commun

Puerto Princesa, promenade le long de la baie

Le vendredi 18 janvier

Aux Philippines, comme dans plusieurs pays d’Asie d’ailleurs, les déplacements ne sont pas de tout repos. Nous quittons notre hôtel tout de suite après le déjeuner et en moins de 30 secondes, un conducteur de tricycle nous interpelle et nous conduit directement à la gare d’autobus de Puerto Princesa. Il se trouve que c’est plutôt un gigantesque terrain en terre battue qui fourmille de tous les moyens de transport possibles, en plus d’abriter un énorme marché. Par chance notre conducteur nous dépose exactement devant le bureau des vans pour touristes à destination de Sabang! Est-ce que j’ai déjà mentionné que les Philippins sont d’une gentillesse extrême? L’heure et demie d’attente passe assez vite en déambulant dans le marché et en jasant avec d’autres touristes. Puis c’est dans une van pleine à craquer (nous sommes tassés comme des sardines) que nous suivons un trajet digne de montagnes russes pour arriver 2 heures plus tard à Sabang. Et nous ne sommes pas déçus par le paysage enchanteur de ce rebord de mer avec ses montagnes en arrière-plan et ses bateaux de pêcheurs tout colorés. En plus, nous adorons la petite cabane sur pilotis dans laquelle nous allons passer les 3 prochaines nuits. Marc-André est malade depuis notre arrivée et il aura besoin de temps pour reprendre la forme.

Le samedi 19 janvier

La région de Sabang est prisée par les touristes car on peut y visiter une des merveilles naturelles du monde soit une rivière souterraine longue de plusieurs kilomètres. Pour la visiter, il faut d’abord prendre un bateau du quai de Sabang jusqu’à la baie où se trouve l’entrée de la caverne puis on prend une deuxième embarcation, plus petite cette fois, pour naviguer à l’intérieur de la caverne et suivre la rivière. Tout est très bien organisé car nous avons également un audio guide dans la langue de notre choix lors de l’expédition sur la rivière.

Repos en après-midi et souper avec un couple de Français très gentils rencontrés en chemin.

Le dimanche 20 janvier

Ce matin nous prenons une autre expédition en bateau mais cette fois-ci sur une rivière bordée de mangroves. Le jeune guide local connaît très bien cet écosystème et nous donne beaucoup d’information tout en nous faisant serpenter pendant environ une heure sur la rivière. On aperçoit un serpent et un lézard qui sont tous les deux bien camouflés.

En après-midi nous marchons jusqu’à une chute aménagée pour la baignade à environ 2 km de notre cabane. De toute beauté!

Bateaux de transport à la rivière souterraine, Sabang
Notre hutte pour les 3 prochains jours, Sabang
Bateau qui nous conduit de Sabang au parc National de la rivière souterraine de Puerto Princesa
Embarcadère des bateaux
L’entrée de la rivière souterraine
Rivière souterraine Puerto Princesa
Notre excellent guide dans les mangroves
La chute près de Sabang
Bassin aménagé près de la chute

Le lundi 21 janvier  Sabang à Port Barton

L’île de Palawan est essentiellement composée de montagnes, ce qui signifie qu’il n’y a qu’une route qui la traverse du nord au sud en longeant la côte Est. Pour rejoindre les petites bourgades situées sur la côte ouest, il faut bifurquer à partir de la grande route. Ceci rend les déplacements un peu plus ardus car toutes les routes sont littéralement des montagnes russes. Bon tout ça pour dire qu’on se fait brasser pendant 2 heures et demie pour passer de Sabang à Port Barton. Nous sommes donc heureux et soulagés d’arriver à destination avant le dîner. Ici nous découvrons une petite ville en bordure de mer où la majorité des 4000 habitants sont impliqués dans l’industrie touristique d’une façon ou d’une autre. Et il règne ici une atmosphère de vacances et de laisser-aller. Nous passons le reste de la journée à la plage.

Notre logis à Port Barton
L’île où on s’est arrêté pou
Notre bateau pour la journée, 10 passagers et 3 membres d’équipage
Les plages sont si nombreuses

Le mardi 22 au 24 janvier  Port Barton

Même si l’on trouve une plage à Port Barton, son attrait principal est la mer. Une excursion en mer pour faire de la plongée avec tuba est l’activité la plus populaire. Notre bateau compte 10 touristes en plus de l’équipage. Nous avons la chance de plonger parmi les poissons multicolores, les tortues de mer et les étoiles de mer sur un total de 5 sites différents.

Nous décidons de passer deux journées supplémentaires et de changer d’hôtel pour se rapprocher de la plage et de la rue principale. Le rhume de Marc-André s’est empiré. Il est sous antibiotiques. D’ailleurs, deux jours plus tard et sa santé s’est beaucoup améliorée. Nous ne faisons rien de concret ces deux journées, on flâne à la plage et la rue principale.

Port Barton est un des endroits les plus agréables que nous avons séjourné. Ce n’est pas trop gros, 500 m de long, une rue principale, plusieurs petits restaurants locaux, les gens sont charmants. Nous avons demeuré dans une belle grande hutte avec galerie, café et thé à volonté, un vrai paradis. Nous aurions aimé rester plus longtemps mais des réservations nous attendent.

Notre prochaine destination est El Nido d’où nous prendrons une croisière que nous avons réservé il y plusieurs mois.

Vue de la baie de Port Barton
Plage de Port Barton
Continue Reading

Chengdu et Shanghai

18 août Kashgar à Chengdu

Dernière petite marche dans la vieille ville de Kashgar question de s’imprégner des visages de tout un chacun, des odeurs de thé et d’épices, des cris des marchands et des regards émerveillés des touristes devant le travail des artisans.

Cette fois-ci nous sommes bien à l’avance et prêts à affronter toute la sécurité qui nous attend à

Continue Reading

Xinjiang 5 – Hotan

15 août Kashgar à Hotan

Depuis qu’on est en Chine, on devrait s’être habitués aux foules. En fait, ce n’est pas tant les longues files dans les gares pour acheter nos billets qui nous dépasse, mais plutôt l’inefficacité du service à la clientèle! Rajoutez à ça les nombreux contrôles policiers (3 fois juste à la gare) et il y a de quoi devenir fou! On monte dans le train de

Continue Reading

Xinjiang 4 – Kashgar et la route Karakoram

10 août Kuqa à Kashgar

Tout comme les Chinois lorsqu’ils voyagent en train, c’est avec un sac de bouffe en tout genre que nous arrivons à la gare pour notre train de 9h50 en partance pour Kashgar. Il devrait nous y amener en 10 heures et demie. Il faut dire que ce n’est pas un train rapide. Nous avons des billets pour les banquettes et nous sommes surpris de constater

Continue Reading

Xinjiang 3 – Korla et Kuqa

7 août Urumqi à Korla

Dans la province du Xinjiang, les minorités ethniques, dont les Ouïghours, ne parlent pas nécessairement le mandarin, et vice-versa. Par contre cette situation change peu à peu car les deux langues sont maintenant obligatoires à l’école. Ici tous les panneaux sont écrits en 4 langues dont le mandarin et l’arabe. Aussi, à notre grande surprise,

Continue Reading

Xinjiang 2 – Urumqi

4 août Turpan à Urumqi

Que dire de la capitale du Xinjiang, Urumqi avec ses 3,5 millions d’habitants, ses grattes-ciels, son trafic… Ça serait la ville la plus intérieure des terres, l’océan se trouve à plus de 4000 km. Ah oui, cette ville semble en reconstruction complète, tout d’abord de son nouveau métro qui sera prêt dans un an (plus que nécessaire), ensuite des façades des édifices (le ciment s’effrite littéralement) et finalement de plusieurs de ses rues (et tout ça au beau milieu du trafic). Il y règne donc une cacophonie

Continue Reading

Xinjiang 1 – Hami et Turpan

29 juillet Dunhuang à Hami

En Chine les moyens de transport sont multiples et variés. Ce n’est pas le choix qui manque malgré le fait que le trajet et le temps déterminent souvent le type de transport le plus approprié. Voici donc un résumé de notre transit de la journée :

  • 7h30-7h45 Autobus de ville de notre auberge au centre-ville de Dunhuang
  • 8h-8h15 Autobus de ville du centre-ville à la gare d’autobus longue distance
  • 9h-11h Minibus (du genre minivan) de la gare d’autobus de Dunhuang à la station de train de Liuyuang
  • 14h20-15h45 Train rapide (yeah!!) de Liuyuang à Hami
  • 16h30-16h45 Autobus de ville à Hami
  • Et enfin un petit 20 minutes de marche pour arriver à l’hôtel!

Avec tout ça, nous avons traversé la frontière de la plus grosse

Continue Reading

Gansu 4 – Dunhuang

23 juillet Jiayuguan à Dunhuang

Les journées de transit entre deux villes nous donnent toujours des perspectives intéressantes sur la culture et le climat des différentes régions. C’est notre toute première fois de ce voyage en autobus longue distance. La raison : la gare est juste à côté de notre hôtel et c’est à peu près la même chose à l’arrivée. Et comme on peut s’y attendre, l’autobus est pleine

Continue Reading

Gansu 3 – Jiayuguan

21 juillet Jiayuguan

Nous avons presque manqué notre train ce matin. Nous avions réservé nos billets en ligne mais il faut quand même faire la file une fois à la gare pour se les procurer en vrai. La file a été tellement longue, on a dû courir dans la gare pour attraper le train de justesse.

Petit patelin de 230 000 habitants, Jiayuguan se dresse à l’endroit le plus étroit du corridor Hexi, bordé par la chaîne

Continue Reading

Gansu 2 – Zhangye

17 juillet  Wuwei à Zhangye

Nous poursuivons notre route de plus en plus vers l’ouest, en suivant l’ancienne route de la soie. Les villes où nous arrêtons étaient autrefois des arrêts le long de cette ancienne voie d’échanges entre le Moyen-Orient et la Chine. La voie ferrée passe à travers des paysages de plus en plus désertiques. Nous sommes dans un train régulier ce matin et le wagon

Continue Reading