Les îles Perhentian

10 août

Un des plus grands obstacles en voyage est d’obtenir l’information juste. Je parle ici en particulier des transports d’un endroit à l’autre. La solution : demander vos questions à plusieurs personnes… j’ai bien dit plusieurs! Ce matin nous retournons à la gare d’autobus et essayons d’avoir un transport pour la prochaine section de trajet (nous devons traverser la frontière et nous rendre dans une petite ville en bordure de mer). On nous envoie d’un guichet à l’autre jusqu’à ce qu’on réalise qu’il n’y a rien de direct… Il faut d’abord aller à la frontière et de là, trouver un autre transport en Malaisie. Alors on y va en van et on part à… l’heure où la van est pleine (dans notre cas, ça veut dire 9h30). Sur la route, nous croisons plus d’une vingtaine de barrages policiers. Il faut avouer qu’on n’est pas habitués à ça chez nous. Comme pour l’autobus d’hier, le trajet s’éternise un peu car le chauffeur fait des livraisons de marchandises en plus de conduire des passagers. Par contre, oh surprise, il nous amène directement au poste frontière, nous qui pensions que nous aurions à trouver une façon de nous y rendre à partir de la gare d’autobus. Alors on descend et on marche pour sortir de la Thaïlande (première vérification des passeports) et on continue un peu plus loin pour entrer en Malaisie (2e vérification des passeports). Bienvenue au pays de l’huile de palme et des femmes voilées! Bon, ça c’était plus facile que nous l’avions anticipé. Maintenant nous sommes au milieu de nulle part et nous devons nous rendre au milieu de nulle part ailleurs. Il est 14h30 et nous mangeons avant de prendre un taxi (ils sont partout, et pas chers cette fois-ci). Une autre heure de voyage pour arriver à destination soit un petit village au bord de la mer, Kuala Besut. Là nous avons pris un bel hôtel et il y a même une piscine. En passant, comment pensez-vous que les femmes musulmanes se baignent ici? Eh bien en pantalon long, gilet à manche longue et voile! Et les hommes, en pantalon court ou  trois quart et t-shirt! On ne voit pas beaucoup de peau nue dans cette piscine.

Van de Hat Yai à la frontière malaisienne
Baignade à la piscine de l’hôtel
Hôtel à Kuala Besut

11 août (jour 1 au paradis)

Ce matin il ne nous reste qu’à faire un court trajet en taxi pour arriver au quai de Kuala Besut, toute petite bourgade animée grâce au tourisme des îles Perhentian. Leur nom veut dire station en malais car autrefois elles servaient d’arrêt pour les bateaux qui faisaient du commerce entre Bangkok et Singapour. Ces îles sont du côté est de la Malaisie ce qui veut dire que, contrairement à la côte ouest ce n’est pas la mousson en ce moment. Donc la mer est calme et le soleil s’en donne à coeur joie pour faire de ces îles un vrai petit paradis sur terre. Ces îles ne sont fermées que d’octobre à la mi-janvier. Pour le reste de l’année, elles accueillent nombre de touristes dont plusieurs de la Malaisie et d’Europe. La traversée en bateau n’est vraiment pas difficile cette fois-ci puisque la mer est calme. Nous avons réservé un forfait hôtel, repas et plongée avec tuba pour deux jours mais à peine arrivés nous décidons d’y rester deux jours de plus.

Nous sommes 10 touristes dans notre petit bateau pour l’activité de tuba en après-midi et à part nous, les autres sont tous malaisiens. Comment pensez-vous que les filles sont habillées pour cette activité en mer? Ben oui, pantalon long, gilet à manches longues et foulard. En plus, comme la majorité des Malaisiens ne savent pas nager, elles portent une ceinture de sauvetage. Je suis donc la seule femme en costume de bain dans le bateau.

C’est toujours étonnant de constater que la vie sous-marine est si colorée, autant pour les poissons que pour le corail. On en voit donc de toutes les couleurs aux différents sites de plongée.

Bateau pour les îles Perhentian

Notre hôtel
La baie face à notre hôtel

12 août (jour 2 au paradis)

Notre activité de plongée au tuba commence à 10h. Nous partons dans un petit bateau avec 6 touristes européens. Ils sont tous en costume de bain et ils savent tous nager. On nous amène autour de la petite île de Rawa, non loin de notre île. Ici le corail n’est pas endommagé contrairement à certains endroits visités hier. Et des poissons, il y en a de toutes les formes, toutes les couleurs et toutes les grandeurs. L’eau est d’un bleu incroyable en plus d’être chaude donc pas besoin d’équipement à part un masque et un tuba. Et tout comme hier, nous voyons aussi une belle tortue de mer.

En après-midi, quoi de mieux que de flâner un peu et profiter du soleil des îles!

13 août (jour 3 au paradis)

Les poissons peuvent mordre, je vous le confirme par expérience. Je vais m’expliquer mais d’abord, nous entamons la journée en changeant d’hôtel. Même plage, à quelques pas seulement de notre premier hôtel qui était plein pour les prochains jours. Nous prenons ensuite un bateau-taxi qui nous conduit à l’autre île, sur Long Beach. Il y a beaucoup plus de vie à cet endroit car on y trouve de plus gros hôtels. De là on prend un sentier à la marche qui nous permet de traverser de l’autre côté de l’île, à Coral Beach. C’est là que c’est arrivé… On venait tout juste d’entrer dans l’eau chaude d’un bleu limpide pour une courte saucette. Tout à coup, j’ai senti un pincement (une petite morsure même) sur la cuisse gauche. Surprise, j’ai baissé la tête pour apercevoir un poisson d’une quinzaine de centimètres tout près de ma cuisse. J’ai eu à peine le temps de dire à Marc-André ce qui venait de m’arriver (franchement, il avait peine à me croire) que le fameux poisson a récidivé mais cette fois-ci sur ma cuisse droite. Ben là plus de doute, je suis sortie de l’eau en vitesse pour constater les petits coupures infligées par le poisson sur mes cuisses. Et je peux vous dire que Marc-André m’a cru quand je lui ai montré ma cuisse gauche qui saignait un peu. On en a parlé à des gens de la place et c’est en riant un peu qu’ils nous ont expliqué que le poisson ne faisait que défendre son nid. Apparemment j’ai dû marcher trop près de celui-ci et le vaillant petit poisson est passé à l’attaque. En tout cas sa stratégie a fonctionné car plus question de me baigner à cet endroit. Nous sommes donc répartis de l’autre côté de l’île pour une autre saucette avant de revenir par bateau-taxi.

Long Beach

Coral Beach

14 août (jour 4 au paradis)

Quatrième jour de soleil… Nous louons un kayak de mer et naviguons dans la baie. Rien de difficile car la mer est calme. Nous en profitons même pour arrêter sur une petite plage de sable un peu à l’écart pour nous baigner. Tout près, il y a un aigle de mer à tête blanche et corps gris perché calmement. Je crois que l’observation est mutuelle à ce moment-là car il ne bronche pas pendant un bon bout de temps. Notre après-midi se résume à de la baignade et de la relaxation. 

Aigle de mer
Des bateaux de pêcheurs

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *