Vietnam (4) – Saigon et le delta du Mékong

Le mardi 16 août

C’est une journée de déplacement aujourd’hui, vers notre dernière destination: Saigon (Ho Chi Minh City). L’autobus vient nous chercher à notre hôtel à 8h00. Puis le voyage commence, sur les routes très encombrées du Vietnam. Comme d’habitude, notre autobus zigzague entre les mobylettes, bicyclettes, autos, autobus, camions, etc. Le trajet d’environ 200 km prend 5h30 et nous arrivons vers 13h30. Par chance, le terminus de l’autobus est tout près de notre hôtel. Nous ne marchons que quelques mètres pour nous y rendre. Nous nous occupons tout de suite des excursions car nous voulons partir demain pour passer trois jours dans le delta du Mekong. Nous prenons également les arrangements nécessaires avec l’hôtel car nous voulons y revenir après nos 3 jours d’excursion. Nous partons ensuite faire la visite du Musée de la Guerre, qui est situé à environ 1 km de l’hôtel. Nous devons en faire une visite rapide car il ferme à 17h00. Le Musée est très bien fait mais est aussi très propagandiste.

Une fois sortis du Musée, l’orage éclate et nous prend par surprise. Nous restons abrités en attendant que ça passe mais finalement, ça n’a pas l’air de vouloir arrêter de sitôt. Une dame vietnamienne qui attend à l’abri avec nous essaie d’entamer la conversation mais la barrière des langues est difficile à franchir. Elle part et revient quelques minutes plus tard avec des imperméables pour nous deux… elle nous les donne! Nous repartons alors sous la pluie qui tombe fort et faisons un court arrêt au marché avant de revenir à l’hôtel. Finalement, il est plus que temps de souper et nous repartons de plus belle sous la pluie. Il y a une petite rue pleine de restaurants près de l’hôtel et c’est là que nous mangeons. Retour à l’hôtel en faisant une dernière petite marche d’exploration dans le quartier (des backpackers) qui regorge de vie. C’est différent d’Hanoi ici pour les bars, restaurants et clubs.

beaucoup, beaucoup de mobylettes

Observations :

  • Les gens du sud Vietnam sont beaucoup plus souriants qu’au nord-Vietnam.
  • Croyez-le ou non, le trafic à Saigon est encore pire qu’à Hanoi… extrêmement plus de mobylettes!

Le mercredi 17 août

Excursion de 3 jours dans le delta du fleuve Mékong

Nous partons à 8h00 dans un autobus bondé de touristes comme nous. Nous occupons les 2 derniers sièges disponibles, en avant, les jambes coincées. Par contre, la vue est splendide et la route se déroule devant nous comme un vrai spectacle. D’abord le trafic (il y a 4 millions de mobylettes à Saigon!), puis les gens qui se faufilent du mieux qu’ils peuvent sur les trottoirs achalandés par les mobylettes qui y sont stationnées.
Notre premier arrêt est à My Tho où se trouve une des plus grandes statues de Bouddha.

Par la suite, nous allons prendre un petit bateau qui nous emmène sur le Mékong puis sur une petite île pour diner.

 

Par la suite, retour dans le bateau et visite de l`île des cocotiers pour voir les gens de la place confectionner des bonbons au coconut. Miam! Ensuite, concert de musique tradionnel pendant que l’on déguste nos bonbons. C`est clair que cet endroit reçoit beaucoup de touristes et que tout est planifié à cet effet.

Nous poursuivons la route vers Can Tho et arrivons à notre hôtel vers 18h00. Nous sommes maintenant laissées à nous-mêmes et nous allons manger dans un petit restaurant local. Nous allons au lit assez tôt car demain, nous partons à 7h00.

Le jeudi 18 août

Nous prenons un bateau à 7h00 du matin pour aller voir un marché flottant sur le Mékong. Ici de plus gros bateaux viennent s’ancrer au milieu du fleuve pour faire la vente en gros de leurs produits. Des petits bateaux (petits commerçants) viennent s’amarrer aux gros bateaux pour y faire leurs achats. Ils transbordent les produits comme de l’ananas, du choux, des patates, etc. Il doit y avoir une centaine de bateaux dans cet amas d’embarcations. Notre bateau zizague au milieu de cette foule. C’est tellement différent de ce qu’on retrouve chez nous. Détail intéressant: les gros bateaux ont un mat en haut duquel est perché un échantillon des produits à vendre. C’est comme ça qu’on peut voir de loin ce qui est à vendre sur tel ou tel bateau.

Par la suite, nous visitons un autre village où cette fois-ci, ce sont des pâtes de riz qui sont confectionnées. On fait tout d’abord de grandes galettes plates à partir de la farine de riz puis, une fois séchées, ces galettes sont passées dans une machine qui les coupe pour en faire de longues nouilles.

Après avoir diner à Can Tho, nous continuons à rouler vers l’ouest pendant plus de 2 heures. Les rues sont toujours aussi bondées de monde. Il y a continuellement des habitations le long de la route. Nous arrêtons à une ferme de crocodiles où ceux-ci sont élevés pour leur peau ou leur chaire. Ce sont originalement les crocodiles du Mékong mais on ne les retrouve plus à l’état sauvage depuis 1945.

Encore un peu de route puis nous arrivons finalement à Chau Doc où nous visitons un temple bouddhiste chinois contruit à flanc de montagne. Il y a une caverne pour la prière à l’intérieur du temple avec des statues de Bouddha un peu partout.

En sortant, nous prenons une piste à flanc de montagne qui nous amène tout en haut. De là-haut, nous avons une vue extraordinaire sur la plaine recouverte de rizières qui s’étendent à perte de vue. C’est ça la plaine du delta du fleuve Mékong. Le Cambodge est à 2 km vers l’ouest. La vue récompense vraiment l’effort de la montée sous une chaleur torride. Nous sommes complètement trempés de sueur.

Nous conduisons en ville à Chau Doc où nous allons rester pour la nuit. Nous soupons et terminons la soirée par une marche en ville le long du Mékong. Il y a des gens partout dehors et ceux-ci sont très souriants. Il y a même un groupe de jeunes enfants qui prennent des leçons de judo en plein air. Nous nous couchons à 20h30 car le départ sera encore tôt demain.

notre hôtel à Chau Doc

Le vendredi 19 août

Nous sommes partis encore à 7h00 ce matin.

Nous prenons un petit bateau sur le Mékong qui nous amène dans un petit village flottant. En fait, les maisons flottantes sont faites à partir de bateaux auxquels on a ajouté des flotteurs de chaque côté et sur lesquels on a construit la maison. C`est vraiment intéressant de constater aussi que les berges du fleuve sont toutes peuplées par des gens qui vivent dans des maisons sur pilotis.

On les voit faire leur lessive dans l’eau, laver la vaisselle et se baigner dans l’eau, et finalement, on peut aussi voir que les toilettes se déversent dans cette même eau. Pour ce qui est du village flottant, il est habité par la minorité ‘Cham’. Ceux-ci font du tissage de façon traditionnelle et portent le sarong, comme en thaïlande. Ils ressemblent plus aux Khmers Cambodgiens (ils ont la peau très foncée).

Par la suite, nous visitons une ferme d’élevage de poissons sur le fleuve. On y élève de la perche, et d’autres espèces prisées pour leur chair. Ici le poisson se vend à 1$ du kilo!!!

retour à Can Tho

À 9h00, la visite se termine déjà et c’est le temps de retourner à Saïgon. Donc nous reprenons à peu près la route inverse. La route est longue, pas parce que la distance est grande mais plutôt parce que le trafic est lent. Par contre, cette fois-ci nous faisons une partie de la route sur une vraie autoroute où les motos ne peuvent circuler. Nous arrivons à l’hôtel à 16h00. Nous y récupérons nos valises et reprenons une chambre pour nos deux dernières nuits. Nous sommes heureux d’être de retour dans cette ville qui grouille de vie.

les restaurants que l’on retrouve sur les trottoirs

Le samedi 20 août

Nous nous levons un peu plus tard car nous avons décidé de ne pas faire de visite organisée aujourd’hui. Nous écrivons notre blog ce matin et allons ensuite nous promener en ville. Nous marchons jusqu’à la cathédrale Notre-Dame. Elle est fermée et nous nous contentons d’en prendre des photos de l’extérieur.

Nous devrons nous lever à 4h00 la nuit prochaine car notre avion part à 6h00 demain matin, pour Hong Kong. Nous devrons ensuite attendre 10 heures pour notre prochain vol, en direction de Vancouver. Nous ne savons toujours pas si nous allons sortir entretemps pour aller nous promener en ville ou bien attendre à l’aéroport.

Observations :

  • Au Vietnam, les publicités de propagande communiste sont partout, autant que la photo d’Ho Chi Minh.


  • La position accroupie est utilisée en tout temps… pour se reposer, lire son journal, jouer à un jeu de société ou attendre les clients. En fait, c’est également la position pour aller aux toilettes!

 

  • À Saigon, il y a des ruelles piétonnières qui forment un vrai labyrinthe entre les bâtiments, à l’intérieur même des pâtés de maisons. D’ailleurs, notre hôtel est situé dans un de ces labyrinthes de ruelles.

  • Les fils électriques sont regroupés en amas incompréhensibles
Saigon online

Le dimanche 21 août

Lever à 4h00 pour prendre le taxi jusqu’à l’aéroport qui est tout près. Nous atterissons à Hong Kong vers 9h30. Nous repassons par les douanes car nous allons en ville. Nous sommes quand même surpris de voir autant de monde dans un espace si restreint. On se promène, se repose dans un parc puis terminons la journée par le marché Temple.
L’avion quitte Hong Kong à 19h30. Nous passons donc les 13 heures de vol à dormir, regarder un film ou manger. Nous arrivons à Vancouver vers 16h30 le lendemain mais sans changer de jour. Finalement, un dernier avion pour Edmonton. Nous arrivons à 21h00, tel que prévu. Sébastien et Alexia nous attendent avec les 2 chiens.
Nous sommes quand même très content de revenir à la maison. Stéphanie est partie une semaine à Los Angeles avec Pujit. Nous les reverrons dimanche.
Évidemment, c’est tout un choc que de revenir à Edmonton avec les grandes artères, les grandes maisons, le confort. C’est si différent ici. Nous vivons dans un monde si luxueux comparée à ce qu’on a vécu tout l’été…

Continue Reading

Vietnam (3) Hué, Hoi An et Mui

Le dimanche 7 août

Réveil plus tôt que je ne le voudrais ce matin vu que nous ne sommes pas seuls dans le compartiment. La nuit s’est bien déroulée et nous avons dormi relativement bien malgré les mouvements du train. Nous nous rendons dans le wagon restaurant pour manger une soupe-déjeuner, typiquement vietnamienne, qui ressemble à une purée de riz assaisonnée au poulet. Le train arrive finalement à Hué vers 10h00 et nous prenons un cyclo pour aller à l’hôtel.

Hué, située au centre du Vitenam, est l’ancienne capitale de la dynastie des Nguyen. C’est donc une ville où on retrouve une citadelle (4 km x 4 km) et les palais impériaux.

On s’y repose avant de repartir dîner et se promener en ville, à l’intérieur de la citadelle.

L’entrée de la citadelle (à noter les fleurs de lotus)


Le reste de la journée se déroule tranquillement. Il fait beau et chaud et c’est parfait pour refaire le plein d’énergie. Nous terminons notre sortie par le marché de la ville. Encore une fois, il y a foule…

Observations :

  • Les gens d’ici sont beaucoup plus souriants qu’à Hanoi. Nous sommes surpris de recevoir de gros sourires en réponse aux nôtres!
  • En Asie, se décrotter le nez avec les doigts en public n’est aucunement une marque d’irrespect ou de malpropreté, pas plus que de cracher un peu partout!

Le lundi 8 août

Nous avons très bien dormi, à l’hôtel, dans un lit qui ne bouge pas! Hué est une ville Citadelle qui se visite très bien à bicyclette ou en mobylette. Nous louons donc chacun une bicyclette et partons à la decouverte de celle-ci. Tout d’abord, le palais impérial, à l’intérieur des murs de la citadelle. Le complexe a une superficie d’environ 1 km2 et a été construit aux alentours de 1800. Cependant, l’ensemble des bâtiments a été presqu’entièrement détruit par les guerres successives (les américains l’ont beaucoup bombardé).

Nous avons visité ceux qui sont toujours debout aujourd’hui et qui rappellent malgré tout leur splendeur d’origine.

Nous repartons à bicyclette vers 13h00 et dînons dans un café-terrasse. Nous poursuivons notre promenade à travers la citadelle jusqu’à 15h30. Balade très agréable sous un chaud soleil caché de temps en temps par les nuages.

À notre retour à l’hôtel, nous achetons nos billets pour demain: nous ferons une visite guidée des environs, qui constituent l’ancienne zone démilitarisée entre le nord et le sud du Vietnam. Puis, c’est le temps de la pause-café (le café vietnamien est vraiment un délice!).

Observations :

  • Les vietnamiens ont un sens très aiguisé de leur environnement immédiat lorsqu’ils conduisent (auto, mobylette, bicyclette, cyclo, etc.). Ils n’utilisent pas de signaux quelconques ni de feux de circulation lorsqu’ils conduisent sur la route. Par contre, ils utilisent le klaxon pour indiquer leur présence. La règle est très simple: conduire sans frapper ou se faire frapper, c’est aussi simple que ça!

Le mardi 9 août

Lever tôt car nous partons à 6h00 du matin pour une visite de la zone démilitarisée du Vietnam. Première surprise l’autobus arrive à l’heure mais nous amène à un coin de rue pour le déjeuner. Nous ne partons pas avant 7h00 avec un autobus contenant 30 personnes.
Nous roulons pendant presque 3 heures avant d’arriver aux tunnels de Vinh Moc. Les habitants de cette zone avaient contruit des tunnels pour se protéger des bombes américaines. Ces tunnels sont très bien préservés et nous descendons jusqu’à 23 m sous terre. C’est si étroit. Dire que 17 enfants sont nés ici. Ça devait être des conditions effroyables.

17 enfants sont nés dans les tunnels
Il y a avantage à être petit ici, à 23 m sous terre

Par la suite, nous visitons un cimetière de guerre nord vietnamien puis nous nous dirigeons vers les montagnes pour voir une route qui était l’une des pistes qu’on appelait Ho Chi Minh que les nord-vietnamiens utilisaient pour infiltrer le sud.

Par la suite, nous allons à une base américaine, la base de combat Khe Sanh, où les américains ont connu, entre autres, une attaque féroce durant l’offensive du Teth. C’est intéressant de voir les appareils sauvegardés à cet endroit.

Par la suite, 3 heures de route pour revenir à l’hôtel.
Andrée et moi en sommes venus à la même conclusion : c’était intéressant mais c’est beaucoup de route.
Nous revenons à l’hôtel vers 18h00 puis allons manger au même restaurant sur le balcon.

Le mercredi 10 août

La journée commence par un trajet d’autobus, qui dure de 8h30 à 12h30. Notre autobus roule lentement pendant tout le trajet. La diversité du paysage est étonnante: montagnes, rizières, dunes de sable et rebords de mer.

Aussitôt arrivés à Hoi An, nous marchons jusqu’à l’hôtel, qui est à environ 1 km de l’arrêt d’autobus. Il fait chaud! Notre hôtel est très bien situé, tout près du vieux centre-ville, et il a une piscine. Une fois installés, nous repartons pour dîner dans un tout petit restaurant sur le bord de la rue. La nourriture est délicieuse; probablement la meilleure depuis que nous sommes au Vietnam.

Cette ville est réputée pour sa gastronomie. Ça commence bien! Puis, nous allons explorer ce petit bijou du Vietnam qu’est Hoi An. Tous les livres en vantent ses mérites car elle a gardé son cachet historique. Autre particularité: ici, on fait le linge sur mesure. Il y a plus de 200 tailleurs regroupés dans la ville. C’est impressionnant car les boutiques se succèdent mais ne se ressemblent pas toutes. Les marchands sont très insistants mais nous sommes des touristes expérimentés maintenant. Nous faisons quelques achats, non sans marchander férocement! Nous revenons faire une petite saucette à l’hôtel avant le souper après avoir pris des tonnes de photos!

Le jeudi 11 août

Hoi An: ville à découvrir…

Ce matin nous décidons de profiter d’une des spécialités de cette ville: les couturiers. Marc-André se fait faire un complet sur mesure pour la modique somme de 150 US$, tout compris (même la chemise).

Puis c’est à mon tour avec une robe et des gilets de style asiatique, tous faits sur mesure. Pour dîner, nous essayons une autre spécialité de la place, qui est un riz mélangé de légumes et viande. Délicieux!

Des boutiques où on confectionne le linge

En après-midi, nous louons des bicyclettes et allons à la plage, à environ 4 km de l’hôtel. Pas croyable qu’il y ait une plage aussi belle tout près. Il y a une petite averse sur le chemin du retour.

pause café

Le complet de Marc-André est terminé. Ils sont vraiment rapides pour fabriquer le linge. Nous allons manger dans le vieux centre-ville.

Voici nos prochains plans de voyage: nous n’irons pas à Nha Trang mais plutôt à Mui ne, qui est plus près de Ho Chi Minh. C’est une ville balnéaire plus tranquille. Nous prendrons le train de nuit samedi et nous arriverons dimanche vers midi.

Le vendredi 12 août

Une autre belle journée à Hoi An où le ciel est d’un bleu éclatant. Nous complétons nos achats de linge en matinée car il faut choisir d’abord, puis prendre les mesures, revenir ensuite essayer ce qui a été fait et finalement, faire les derniers ajustements s’il y a lieu. Ceci suppose plusieurs aller-retours au magasin alors il faut s’y prendre tôt. Cette fois-ci, c’est Andrée qui y passe avec des gilets en soie, une robe et un veston.

Andrée porte sa 1e blouse

Nous avons loué des bicyclettes tout de suite le matin alors nous en profitons pour faire une belle randonnée d’exploration sur une petite île en face de Hoi An en après-midi.

la propagande est toujours présente

Nous revenons ensuite à l’hôtel pour une saucette dans la piscine avant de repartir pour le souper.

Hoi An, de toute beauté
le veston est finalement prêt

Observations :

  • Au Vietnam, les femmes considèrent qu’une belle peau doit être blanche alors pas question d’exposer la peau au soleil. Elles sont toutes emmitouflées de la tête au pied sous des couches de linge, malgré la chaleur intense.
il doit faire chaud avec ça

Le samedi 13 août

Naturellement, il fait beau et chaud à Hoi An ce matin. Nous louons des bicyclettes et nous rendons à un petit café situé sur l’île juste en face. Là, nous lisons et relaxons en sirotant un café sur le bord de la rivière. Il est déjà midi quinze lorsque nous repartons.

Nous allons ensuite faire un petit tour de bateau dans la baie pendant une heure. Nous sommes seuls sur le petit bateau avec le capitaine et il est très gentil. Il ralentit pour nous laisser prendre des photos et nous amène près d’un village de pêcheurs. Les paysages sont de toute beauté. Nous prenons beaucoup de photos!

Nous dinons ensuite dans un petit restaurant, sur la terrasse en face de la baie. La nourriture d’ici est un vrai délice et nous essayons de goûter à leurs spécialités à chaque repas. Nous reprenons ensuite les bicyclettes pour nous rendre à la mer et relaxer sur la plage. Il est déjà 18h00 à notre retour à l’hôtel. Nous en profitons pour prendre nos douches avant de repartir souper en ville. Il y a un festival spécial ce soir en ville pour la pleine lune: le festival des lanternes. Les rues face a la riviere sont bondées de monde, autant des touristes que des vietnamiens, et il est difficile de circuler. Nous sommes chanceux de trouver un restaurant terrasse qui donne sur cette rue. Les lumieres de la ville sont éteintes le long de la riviere et les gens achetent des chandelles placées dans un petit radeau en papier fabriqué a la main. Celles-ci sont déposées sur la riviere. Nous ne pouvons malheureusement pas rester longtemps car nous devons retourner a l’hotel pour le départ. Nous prenons le train de nuit ce soir a 22h00 pour nous rendre à Mui Né, une ville de villégiature au bord de la mer située au sud de Hoi An. Nous devrions arriver vers midi le lendemain. Nous nous rapprochons tranquillement de Ho Chi Minh City.

Le dimanche 14 août

Le voyage en train de la nuit dernière s’est bien déroulé et nous avons assez bien dormi. Pas mal si on considère que nous sommes 7 dans une cabine de 4 passagers (4 adultes et 3 enfants). Nous sommes des habitués des trains de nuit maintenant. Par contre, le réveil est assez tôt car les vietnamiens sont des lèves-tôt (vers 6h00). Le train poursuit sa route vers Saigon et nous en descendons près de Mui Né vers 12h15.

Nous devons prendre un taxi pour nous rendre à l’hôtel, situé à 30 km de la gare. L’endroit est bien placé, au bord de la mer et il y a toute une série d’hôtels qui la bordent. Par contre, c’est assez tranquille car il n’y a vraiment pas beaucoup de touristes.

Nous prenons une marche sur le bord de la mer en après-midi et allons nous baigner dans la piscine de l’hôtel. Puis, souper dans un café-terrasse.

Le lundi 15 août

Mui Né est un village de pêcheurs situé entre Hoi An et Saigon.

Tout près de là, il y a toute une série de gros hôtels de luxe qui bordent la mer. À part la mer, les attractions touristiques de cet endroit sont principalement des dunes de sable, qui donnent une impression de désert. Il y a deux endroits à voir: l’un où on peut admirer des dunes de sable rouge et l’autre, des dunes de sable blanc avec le lac des lotus. C’est à ce dernier endroit que nous nous rendons en moto ce matin. Nous devons faire 25 km de route pour y arriver mais ça vaut vraiment le coup car l’endroit est magnifique. Le contraste des dunes avec le lac est impressionnant. Nous y passons presque deux heures, à se promener et prendre des photos.

Nous rebroussons ensuite chemin car les dunes de sable rouge sont moins loin que les précédentes. La couleur rouge des dunes fait une belle différence de paysage par rapport aux dunes blanches. Nous reprenons de nouveau la route en traversant cette fois le petit village pêcheur de Mui Né. Là il y a des gens qui font sécher les petits poissons (qui serviront à fabriquer la fameuse sauce au poisson, fort appréciée des vietnamiens) avant de les emballer dans des boîtes, pour ensuite en faire la livraison. C’est intéressant à voir, quoique l’odeur qui flotte dans l’air a un petit quelque chose de désagréable 😉

Au retour, rien de mieux qu’une petite saucette dans la piscine avant d’aller souper.

Nous partons demain matin en autobus pour Ho Chi Minh, notre destination finale.

Continue Reading

Vietnam (2) – Sapa et la baie d’Halong

Le lundi 1er août

C’est la 1e fois qu’on a un peu froid ce matin. Il pleut, Sapa est à 1600 m d’altitude. D’ailleurs il semble qu’il va continuer à pleuvoir pour les prochains jours.

Nous avons bel et bien pris le train cette nuit. M-A a très bien dormi tandis qu’Andrée a …. je vous laisse imaginer la suite. Le train a mis 9 heures pour couvrir environ 400 km… c’était une cambuse de luxe!

En arrivant à la gare de Lao Cai, on nous a offert le transport jusqu’à Sapa pour 500,000 dongs, 10 fois plus cher que le coût normal. Nous sommes devenus des touristes très méfiants maintenant. On a payé 50,000 dongs…
Donc, nous sommes arrivés à Sapa une heure plus tard, après avoir circulé en van dans des routes de montagnes très sinueuses. En ouvrant la porte de la van, il y a eu tout un groupe de femmes des minorités ethniques qui nous est sauté dessus (eh oui, à 7h00 du matin!). Elles sont partout dans la ville. Elles sont tellement belles dans leurs costumes traditionnels. Elles sont très colorées. Par contre, elles ne nous lâchent pas: de quel pays viens-tu? Quel est ton nom? Quel âge as-tu? Voulez-vous acheter quelque chose? Non, plus tard alors? Et par la suite, elles nous suivent partout, comme une escorte. Elles sont tout de même très souriantes et sympathiques… Comme vous avez pu le deviner, elles viennent en ville pour vendre leur artisanat, qui est entièrement fait à la main. Et elles sont très très persistantes auprès des touristes.

Nous essayons de les ignorer du mieux que nous pouvons et nour marchons à notre hôtel. Nous sommes chanceux car on a eu notre chambre tout de suite. Andrée en a profité pour reprendre un peu de sommeil.

On quitte la chambre vers 10h30, malgré la pluie qui tombe fort. Nous avons décidé d’aller explorer un village (Cat Cat) pas trop loin. La piste pour s’y rendre est magnifique.

Les vues sont à couper le souffle, même s’il y a du brouillard par endroits. Nous marchons à travers les rizières en terraces et les huttes du village. Nous dînons en chemin, en mangeant des brochettes de viande cuites par des habitants du village qui tiennent un petit restaurant. Nous poursuivons la piste à pied jusqu’à la fin, en arrêtant en chemin pour savourer un café vietnamien. Nous sommes de retour en ville vers 15h30 et il pleut toujours.

Observations :

  • Les femmes des minorités ethniques sont très petites (elles sont toutes plus petites qu’Andrée), d’ailleurs, les hommes aussi!
  • Elles parlent toutes au moins 3 langues: leur dialecte, le vietnamien (appris à l’école) et l’anglais (en côtoyant les touristes)
  • Malgré leur petite taille, les habitants de ces villages sont très forts physiquement. Vous devriez voir ce qu’ils peuvent transporter sur leur dos!
  • Le tourisme a définitivement des impacts sur leur société. En marchant dans le village, des touts petits enfants nous ont approché en nous disant: money? Par contre, les conditions de vie du village se trouvent grandement améliorées par une piste en ciment qui traverse le village d’un bout à l’autre. Grosse amélioration du point de vue hygiène, croyez-moi!

Le mardi 2 août

Il ne pleut pas ce matin mais le ciel est tout de même gris. La brume s’accroche aux montagnes alors la vue n’est pas extraordinaire pour le moment. Nous avons établi un itinéraire d’une journée pour marcher à travers 3 villages. Nous prenons d’abord deux taxis-motos pour nous amener au point le plus éloigné et commençons à marcher vers le premier village, accompagnés d’une belle escorte (vous l’aurez deviné) de 5 femmes, qui passent par les questions habituelles.

Nous marchons tranquillement en jasant et elles nous montrent plein de choses en passant dans les rizières (types de riz, les graines attachées sur les pousses, etc). C’est très instructif mais pas évident de se faire suivre comme ça. Une heure plus tard, nous achetons un petit quelque chose de chacune (il faut être juste) et leur disons poliment que nous allons poursuivre notre route seuls. Il faut insister mais éventuellement, ça fonctionne.

Nous continuons donc notre route sur la piste, qui devient de plus en plus boueuse et difficile à suivre. C’est la saison des pluies… et c’est ce que ça donne. Par contre, il est évident que pour eux, ça ne présente aucun problème. Ils vivent dans cette boue, de façon tout à fait naturelle. C’est nous que ça dérange. Nous avons de la misère à mettre un pied devant l’autre tellement ça cale et c’est glissant. Nous continuons malgré tout.

Là je dois vous raconter qu’à un moment donné, deux très petits garçons (qui s’occupaient de 2 boeufs gigantesques), nous laissent passer sur la piste et nous regardent poursuivre notre route tant bien que mal. C’était le bout le plus difficile jusqu’à date (grosse marde vaseuse… on a de la misère à rester debout après chaque pas). Tout à coup, ils passent à côté de nous en courant (ils sont nus pieds) de façon aisée, comme si de rien n’était. Moi je glisse et j’évite le pire tandis que Marc-André glisse aussi et se retrouve presqu’à l’horizontale, couché dans la boue mais il réussit à s’aggriper de justesse à une clôture de bambou. C’est à mourir de rire de nous voir… d’ailleurs les 2 enfants sont crampés de rire!!!

Nous poursuivons la route ainsi en alternant entre boue et obstacles en tout genres. Nous sommes épuisés en approchant finalement de la vraie route qui doit nous amener vers la ville. Nous demandons la route aux gens de la place, qui circulent aisément autour de nous, souvent en transportant des charges incroyables sur leur dos.

Dernier obstacle: un mur de boue, presque vertical, qui est emprunté de tous. Là j’avoue que cet obstacle nous parait infranchissable mais nous y allons tout de même presque couchés à plat ventre dans la boue, en nous faisant dépasser constamment par les gens, qui gravissent la pente aussi naturellement que si c’était sur du plat. Rendus en haut je vous jure, je me suis demandée comment nous y étions arrivés vivants!!!

Retour en ville et douche bien méritée. Cette marche nous a fait apprécier d’abord les conditions de vie difficiles dans lesquelles ces gens vivent mais surtout, leur agilité et leur force dans les pentes. Nous avions l’air de vrais incapables à côté d’eux. Par contre, nous avons eu la chance de voir des paysages uniques et à couper le souffle.

Observations :

  • La culture du riz est un travail acharné. Il faut apprécier le moindre petit grain, qui est le fruit d’un travail considérable!

Le mercredi 3 août

Il y a 26 ans aujourd’hui que nous sommes mariés. Toutes ces années ensemble ont été extraordinaires!!!

Nous avons loué une motocyclette ce matin pour nous rendre au village de Taphin. Après s’être trompés une couple de fois sur la route, nous aboutissons au petit village en question. Ici il y a encore plus de gens qui nous assaillent pour vendre leur artisanat. Nous continuons un peu plus loin pour aller voir une caverne au bout du village. Nous rencontrons 4 autres personnes qui ont décidé d’aller explorer la caverne de plus près. Les cavernes sont sombres, humides et le sol smeble boueux. Nous optons pour ne pas aller plus avant. De toute façcon, quelqu’un nous révèle que des lumières sont allumées pour les premiers pas, puis éteintes (on demande de l’argent pour les rallumer et retrouver la sortie!!!). Elle est bien drôle celle-la. Nous revenons à Sapa pour diner et flânons jusqu’au départ en van, prévu pour 17h00.

Nous repartons ce soir avec un train de nuit pour arriver à Hanoi vers 6h00. Ensuite, nous prenons un autobus pour la baie de Halong à 8h00 ou nous dormirons 2 nuits.

Le jeudi 4 août

Arrivée à Hanoi (de Sapa) en train à 5h00 du matin. La gare grouille déjà de monde. Il faut dire que les vietnamiens vivent avec le soleil. Ils se levent tôt pour profiter de la température plus fraîche. À notre grand étonnement, un gars de notre hôtel nous attend à la sortie du train pour nous ramener à l’hôtel. Nous y prenons une douche ainsi qu’un déjeuner (tout cela gratuitement… quel service!) avant notre départ pour le voyage dans la Baie d’Halong. À 8h00, un minibus nous attend à la porte de l’hôtel. Nous sommes un groupe d’environ 20 touristes et le guide nous explique le déroulement des 3 jours d’excursion pendant que nous roulons dans le trafic chaotique d’Hanoi. Nous roulons pendant 4h00 avant d’arriver au port de Halong City, où nous prenons un bateau navette qui nous amène sur le bateau de croisière. On nous accueille avec un dîner aux fruits de mer. Puis nous allons mettre les bagages dans nos chambres tandis que le bateau débute son trajet dans la merveilleuse Baie d’Halong.

Photos après photos, nous arrivons dans une petite baie où nous débarquons pour visiter des grottes gigantesques sur une des nombreuses îles. Les grottes sont très bien aménagées pour la visite, avec éclairage cible aux endroits propices et escaliers, lorsque nécessaires.

Après cette visite, nous allons faire du kayak autour de ce site enchanteur.

Retour sur le bateau et baignade. Tout le monde s’amuse car nous pouvons sauter dans l’eau à partir du pont supérieur. Belle baignade après une journee de chaleur intense. Le souper est encore extraordinaire puis la soirée passe en jasant avec les gens du groupe, qui sont tous agréables.Nous rencontrons un couple de jeunes québécois (Michel et Katia) avec qui nous nous entendons très bien. C’est bien de discuter avec tous les autres touristes aussi, qui viennent d’un peu partout. Nous avons droit à un beau ciel étoilé avant d’aller au lit.

Observations :

  • Nous sommes surpris par l’organisation impressionnante des vietnamiens pour ce voyage dans la Baie d’Halong.
  • C’est un peu décevant de constater le manque de conscientisation environnementale de la population… il y a des déchets qui flottent un peu partout sur l’eau. Je surprends même un des membres de notre équipage en train de ramasser des déchets dans le bateau et les jeter par dessus bord. Quel dommage dans un site si extraordinaire!

Le vendredi 5 août

Ce matin le bateau nous amène à la plus grosse île de la Baie: lîle Cat Ba.

Là, nous allons faire un tour à bicyclette au gros soleil tapant, jusqu’à un petit village.

Retour au bateau qui nous débarque sur une autre île où il y a quelques petits chalets très pittoresques, dans lesquels nous allons coucher ce soir.

Le site où on rerouve les chalets
notre chalet
vue du balcon

Nous y passons l’après-midi à faire du kayak, se baigner, jouer au billard (eh oui, il y a une table extérieure) et relaxer. On a un BBQ en soirée avec tous les gens qui sont sur l’île, puis nous allons nous amuser un peu avec l’appareil-photo, question d’essayer un peu les options pour photos de nuit.

Le samedi 6 août

Après un bon petit déjeuner, nous quittons l’île sous un bref orage. On nous ramène sur le bateau de croisière, qui lui, nous ramène au port d’Halong City.

Il y a une petite activité organisée sur le bateau: on apprend à faire la cuisson de rouleaux impériaux.

Nous dînons sur le bateau et en profitons pour côtoyer une dernière fois tous les gens qui ont fait le voyage avec nous. Nous nous sommes fait beaucoup de fun avec Katia et Michel, les jeunes québecois rencontrés durant ce voyage. Beau couple de jeunes gens très positifs et agréables! Ce fut enrichissant de les connîitre ainsi que les autres voyageurs du groupe. Le reste de la journée passe à faire le voyage de retour vers Hanoi, avec les aux revoirs appropriés à tous les gens du groupe. Les gens de notre hôtel nous accueillent encore merveilleusement en mettant une chambre à notre disposition pour prendre une douche et se changer avant notre départ de ce soir pour Hué. Nous partons (cette fois définitivement) d’Hanoi en train vers 19h00. Le wagon est confortable et assez propre. Nous nous installons pour y passer la nuit. Trois autres passagers sont dans notre compartiment: une vietnamienne avec ses 2 enfants, un garçon d’environ 10 ans et une fille d’environ 8 ans, qui se partagent 2 lits.

Observations :

  • Notre espace vital est beaucoup plus grand que celui des vietnamiens… je suis étonné de voir la mère couchée sur la banquette avec sa fille. C’est déjà étroit pour moi; j’ai peine à imaginer dormir avec quelqu’un d’autre dans un espace si restreint.

Prochaine destination: Hué

Continue Reading

Vietnam (1)

Le mardi 26 juillet

Nous quittons l’hôtel en tuk tuk pour l’aéroport de Siem Reap, où nous prenons l’avion pour Hanoi. C’est intéressant de survoler la région car les trois quart des terres semblent inondées. Ce sont des champs de riz à perte de vue. Nous faisons escale à Luang Prabang, au Laos pour quelques minutes. Ici, c’est montagneux, paysage tout à fait different des rizières. Nous arrivons au Vietnam vers 15h00. La file d’attente pour franchir les douanes est très longue.
Ensuite, nous prenons immédiatement un taxi pour nous rendre à l’hôtel. Après une assez longue route, le chauffeur arrète devant un hôtel, même numéro de porte que le nôtre. Andrée note tout de suite que ce n’est pas la bonne rue. Deux personnes ouvrent la porte du taxi et nous affirment que c’est notre hôtel, qu’il vient juste de changer de nom. On refuse de sortir du taxi, en objectant que ce n’est pas la bonne rue. Après avoir insité encore un peu, ils referment la porte du taxi et nous ordonnons à notre chauffeur de nous amener au bon endroit cette fois. Nous avions lu au sujet de ce genre d’arnaque dans notre guide touristique mais nous avions encore peine à croire que ça nous arrivait pour vrai. Le chauffeur amène ses clients à un different hôtel et reçoit une commission de l’hôtel en question. On ne lui a pas donné de pourboire…

Nous sommes à un petit hotel, au vieux centre-ville, avec balcon. Les rues sont étroites et bondées de monde et de mobylettes qui circulent en tous sens. Ça grouille de vie, les klaxons sont continuels. Nous allons manger dans un petit restaurant au coin de la rue. On ne sait pas trop ce qu’on aura quand on commande. Heureusement qu’il y avait quelques photos à l’entrée. En fin de compte, le plat a des nouilles enterrées sous plusieurs morceaux indescriptibles. Le tout est mangeable. On retourne à l’hôtel assez tôt, comme à notre habitude. Le voyage est fatiguant quand même.

Observations:

  • Ici, les feux de circulation sont relegués au même rang que le papier toilette: inexistants car ils ne sont qu’une commodité pour les touristes
  • Les mobylettes sont le moyen de transport par excellence et les casques ne sont même pas obligatoires.
  • Pour traverser la rue, il faut avancer tranquillement à vitesse constante, sans se retourner. Ainsi, tous les véhicules vont anticiper la vitesse et la trajectoire nécessaire pour vous éviter. J’avoue que ce serait presque mieux de se fermer les yeux tellement c’est épeurant!
  • L’espace vital des vietnamiens est beaucoup plus restreint que le nôtre. Dans le petit restaurant, aucune place ne reste libre… nous sommes côte à côte devant une table minuscule et deux autres personnes sont assises face à nous à la même table.
  • Ici les vietnamiens ne parlent pas anglais. C’est même difficile dans les hôtels.
  • On se sent très très riche quand on va au guichet et qu’on retire 8 000 000 de dongs à la fois. Il faut savoir que 20 000 dongs équivalent environ à un dollar. Je vous laisse faire les calculs. En passant, il faut s’habituer vite aux calculs quand on passe d’un pays à l’autre.. pas toujours évident!

Le mercredi 27 juillet

Après le déjeuner, nous partons à l’aventure en marchant dans les rues du vieux quartier. Les trottoirs sont bondés de gens qui vendent toutes sortes de choses ou de petites cantines de nourriture installées directement sur le trottoir, où ils préparent les plats sur place, et on les mange assis sur de minuscules tabourets.

Nous retournons à l’hôtel prendre un peu de repos dans l’après-midi et en profitons pour acheter nos billets pour visiter la baie de Halong dans 2 jours ainsi qu’un billet de train pour Sapa, au nord dans les montagnes. Puis nous allons faire un tour du côté du marché central, qui est situé dans un bâtiment de trois étages. Il y a beaucoup de monde mais les marchands sont en train de fermer leurs boutiques (il est 17h00). Nous faisons tout de même la dégustation de mini beignets et nous réalisons une fois de plus que les prix sont plus chers pour nous.

Le souper est dans la rue, parmi les gens de la place. C’est bon signe quand la petite cantine est populaire parmi la population. Leur anglais est très limité mais au moins on peut pointer les mets qui sont sur les tables. Nous retournons à l`hôtel assez tôt, une fois de plus.

Observations:

  • Les vendeurs qui se promenent dans la rue établissent leurs prix selon la couleur de la peau. Plus la peau est pale, plus le prix monte!
  • Les déchets sont jetés directement sur les trottoirs, puis les gens balaient le trottoir et font des petits tas qui vont etre ramassés par des vidangeurs qui passent a pied.

Le jeudi 28 juillet

Comme d’habitude, la ville d’Hanoi est éveillée et l’activité y bat son plein lorsque j’ouvre un oeil ce matin. Il fait beau et chaud mais inutile de vous le dire, vous auriez pu le deviner. Le but ultime de notre journée est de visiter le Mausolée d’Ho Chi Minh où ce personnage célèbre (pour les vietnamiens en tout cas) est embaumé et exposé au travers d’un sarcophage de verre. La visite est protocolaire, supervisée par plusieurs militaires et pleine de règlements à observer. On doit laisser nos sacs à la porte, puis plus loin, on doit laisser nos appareils-photos. On passe ensuite en file à l’intérieur du bâtiment… il faut marcher, pas le droit de s’arrêter pour contempler, pas le droit de se croiser les bras (un militaire m’averti de les décroiser) et aussi, pas le droit de porter des culottes courtes sinon on n’entre pas.

Malgré tout, la foule circule sans interruptions et on poursuit les visites avec un musée sur la vie d’Ho Chi Minh. Le musée est intéressant mais je trouve personnellement qu’il y a trop de lecture. On se dépêche malgré nous car le comptoir pour récupérer nos sacs ferme à l’heure du diner, comme pour plusieurs commerces. Il faut dire que c’est l’heure où le soleil plombe le plus fort et tout le monde cherche refuge à l’ombre ou à l’air climatisé (ou devant un ventilateur pour la plupart).

Nous revenons vers l’hôtel et y revenons pour faire une sieste en après-midi. Ensuite nous avons marché pour voir la cathédrale St-Joseph. Celle-ci est située en plein milieu d’Hanoi et vraiment, ça fait tout a fait bizarre de trouver une cathédrale de style européen à cet endroit. Nous prenons un café juste à côté, assis sur des bancs de plastique minuscules. C’est comme ça ici. En fait, plus la chaise est haute et confortable, plus les prix sont élevés. Après le souper, nous préparons nos bagages pour notre départ de demain matin vers Halong Bay.

Le vendredi 29 juillet

Journée surprise, une fois de plus!

Ce matin nous sommes supposés partir pour un voyage de 3 jours à Halong Bay, à l’est d’Hanoi. Cependant, Marc-André vérifie la température sur Internet et nous savons qu’une tempête tropicale se déplace exactement dans cette direction. Nous savons également que l’an dernier, 12 touristes sont morts noyés à cet endroit parce que la mer était tumultueuse. Nous attendons de voir ce qu’ils vont dire mais nous avons déja pris la décision de ne pas partir de toute façon. Une heure plus tard nous apprenons que tous les voyages vers cette destination sont annulés. Nous essayons alors de modifier notre itinéraire le mieux possible. Le plus simple est d’attendre encore ici jusqu’a notre départ pour Sapa car nous avons déja nos billets de train pour le 31 au soir. En revenant de Sapa, nous partirons pour Halong Bay, en espérant que ce changement donnera le temps à la tempête de s’éloigner.

Nous partons diner pas loin de l’hôtel, à une petite cantine de rue. Ici chaque repas est une expérience culturelle. D’abord les gens ne parlent pas vraiment anglais. On regarde ce qui se prépare comme nourriture puis on pointe du doigt du mieux qu’on peut car il faut avouer que ça ne ressemble pas à ce qu’on met dans notre assiette. Aussi, il faut être flexible car les bancs sont petits. Il faut s’asseoir les genoux écartés car on place la nourriture dans la bouche et, en mâchant, on laisse tomber tout ce qui ne se mange pas entre nos deux pieds, par terre. Eh oui, quand on entre il y a des petits tas d’os et d’arrêtes sur le sol, tout autour des tables! Ai-je mentionné qu’il est préférable de savoir manier les baguettes? Sur ce point, nous mangeons pas mal plus lentement que les autres clients. Nous réussissons à s’en tirer pas mal bien à force de pratiquer. Pour terminer sur le sujet de la nourriture, je dois souligner le fait qu’ici on peut manger tous les repas sur les trottoirs car plusieurs personnes installent des cantines de toutes sortes le matin, un peu partout sur les trottoirs et ils partent quand il ne leur reste plus de nourriture. Ils amènent tout ce dont ils ont besoin pour la journée, incluant les petits tabourets en plastique pour les clients.

Nous partons pour l’après-midi visiter un musée militaire mais c’est fermé aujourd’hui. Changement de plan… nous marchons et arrivons au Musée des Beaux-Arts. Nous en faisons la visite puis allons visiter le temple de la littérature, qui se situe juste en face. Visite intéressante car cet endroit est la première université du Vietnam (en l’an 1000… on y enseignait la doctrine de Confucius.

Nous remarchons tranquillement vers l’hôtel et arrêtons prendre un café devant la cathédrale St-Joseph en chemin.

Vue du haut de l’hôtel

Le samedi 30 juillet

C’est la première fois que nous voyons de la pluie au Vietnam. Il faut dire qu’il y a une tempête tropicale pas trop loin d’Hanoi en ce moment alors j’imagine qu’elle se répercute un peu ici. Nous prenons notre temps ce matin et allons prendre une petite marche dans le quartier. La température est plutôt agréable et le vent fait du bien.

En après-midi, nous allons visiter le Musee militaire. Il est assez gros et nous prenons au moins 2 heures à en faire le tour. C’est intéressant de voir les guerres que le Vietnam a vécu de leur point de vue. En remarchant vers l’hôtel, nous arrôtons prendre un café. Il pleut de façon intermittente tout l’après-midi mais le temps est tout de même chaud, sans être étouffant.

Nous prenons le souper à un restaurant très fréquenté par les gens de la place et nous faisons la connaissance d’un couple de québécois (nos premiers du voyage). C’est bien de jaser un peu en français.

Le dimanche 31 juillet

On a droit au déluge ce matin. La rue est un peu plus tranquille, à cause de la pluie j’imagine. Nous faisons nos bagages car notre départ pour Sapa est ce soir, par train.

Nous allons marcher à travers les rues de la ville. C’est incroyable de découvrir toujours plus à mesure qu’on se déplace. Nous allons marcher autour du lac et arrêtons prendre un café près de la cathédrale. Le café vietnamien a un goût particulier, qui est vraiment délicieux. Quelques pas plus loin, nous arrêtons devant une petite cantine de rue pour manger un bol de nouilles en soupe. Ce sont les meilleures à date et nous sommes assis sur les plus petits bancs que nous avons vus jusqu’à présent. Les gens autour de nous sont très gentils et nous aident au maniement des baguettes 🙂 On s’en vient des experts!

Retour à l’hôtel, un peu d’ordinateur et autre petite marche dans le quartier, entre les orages intermittents. Nous partons ce soir pour Sapa. C’est un train de nuit.

Continue Reading