Vietnam (4) – Saigon et le delta du Mékong

Le mardi 16 août

C’est une journée de déplacement aujourd’hui, vers notre dernière destination: Saigon (Ho Chi Minh City). L’autobus vient nous chercher à notre hôtel à 8h00. Puis le voyage commence, sur les routes très encombrées du Vietnam. Comme d’habitude, notre autobus zigzague entre les mobylettes, bicyclettes, autos, autobus, camions, etc. Le trajet d’environ 200 km prend 5h30 et nous arrivons vers 13h30. Par chance, le terminus de l’autobus est tout près de notre hôtel. Nous ne marchons que quelques mètres pour nous y rendre. Nous nous occupons tout de suite des excursions car nous voulons partir demain pour passer trois jours dans le delta du Mekong. Nous prenons également les arrangements nécessaires avec l’hôtel car nous voulons y revenir après nos 3 jours d’excursion. Nous partons ensuite faire la visite du Musée de la Guerre, qui est situé à environ 1 km de l’hôtel. Nous devons en faire une visite rapide car il ferme à 17h00. Le Musée est très bien fait mais est aussi très propagandiste.

Une fois sortis du Musée, l’orage éclate et nous prend par surprise. Nous restons abrités en attendant que ça passe mais finalement, ça n’a pas l’air de vouloir arrêter de sitôt. Une dame vietnamienne qui attend à l’abri avec nous essaie d’entamer la conversation mais la barrière des langues est difficile à franchir. Elle part et revient quelques minutes plus tard avec des imperméables pour nous deux… elle nous les donne! Nous repartons alors sous la pluie qui tombe fort et faisons un court arrêt au marché avant de revenir à l’hôtel. Finalement, il est plus que temps de souper et nous repartons de plus belle sous la pluie. Il y a une petite rue pleine de restaurants près de l’hôtel et c’est là que nous mangeons. Retour à l’hôtel en faisant une dernière petite marche d’exploration dans le quartier (des backpackers) qui regorge de vie. C’est différent d’Hanoi ici pour les bars, restaurants et clubs.

beaucoup, beaucoup de mobylettes

Observations :

  • Les gens du sud Vietnam sont beaucoup plus souriants qu’au nord-Vietnam.
  • Croyez-le ou non, le trafic à Saigon est encore pire qu’à Hanoi… extrêmement plus de mobylettes!

Le mercredi 17 août

Excursion de 3 jours dans le delta du fleuve Mékong

Nous partons à 8h00 dans un autobus bondé de touristes comme nous. Nous occupons les 2 derniers sièges disponibles, en avant, les jambes coincées. Par contre, la vue est splendide et la route se déroule devant nous comme un vrai spectacle. D’abord le trafic (il y a 4 millions de mobylettes à Saigon!), puis les gens qui se faufilent du mieux qu’ils peuvent sur les trottoirs achalandés par les mobylettes qui y sont stationnées.
Notre premier arrêt est à My Tho où se trouve une des plus grandes statues de Bouddha.

Par la suite, nous allons prendre un petit bateau qui nous emmène sur le Mékong puis sur une petite île pour diner.

 

Par la suite, retour dans le bateau et visite de l`île des cocotiers pour voir les gens de la place confectionner des bonbons au coconut. Miam! Ensuite, concert de musique tradionnel pendant que l’on déguste nos bonbons. C`est clair que cet endroit reçoit beaucoup de touristes et que tout est planifié à cet effet.

Nous poursuivons la route vers Can Tho et arrivons à notre hôtel vers 18h00. Nous sommes maintenant laissées à nous-mêmes et nous allons manger dans un petit restaurant local. Nous allons au lit assez tôt car demain, nous partons à 7h00.

Le jeudi 18 août

Nous prenons un bateau à 7h00 du matin pour aller voir un marché flottant sur le Mékong. Ici de plus gros bateaux viennent s’ancrer au milieu du fleuve pour faire la vente en gros de leurs produits. Des petits bateaux (petits commerçants) viennent s’amarrer aux gros bateaux pour y faire leurs achats. Ils transbordent les produits comme de l’ananas, du choux, des patates, etc. Il doit y avoir une centaine de bateaux dans cet amas d’embarcations. Notre bateau zizague au milieu de cette foule. C’est tellement différent de ce qu’on retrouve chez nous. Détail intéressant: les gros bateaux ont un mat en haut duquel est perché un échantillon des produits à vendre. C’est comme ça qu’on peut voir de loin ce qui est à vendre sur tel ou tel bateau.

Par la suite, nous visitons un autre village où cette fois-ci, ce sont des pâtes de riz qui sont confectionnées. On fait tout d’abord de grandes galettes plates à partir de la farine de riz puis, une fois séchées, ces galettes sont passées dans une machine qui les coupe pour en faire de longues nouilles.

Après avoir diner à Can Tho, nous continuons à rouler vers l’ouest pendant plus de 2 heures. Les rues sont toujours aussi bondées de monde. Il y a continuellement des habitations le long de la route. Nous arrêtons à une ferme de crocodiles où ceux-ci sont élevés pour leur peau ou leur chaire. Ce sont originalement les crocodiles du Mékong mais on ne les retrouve plus à l’état sauvage depuis 1945.

Encore un peu de route puis nous arrivons finalement à Chau Doc où nous visitons un temple bouddhiste chinois contruit à flanc de montagne. Il y a une caverne pour la prière à l’intérieur du temple avec des statues de Bouddha un peu partout.

En sortant, nous prenons une piste à flanc de montagne qui nous amène tout en haut. De là-haut, nous avons une vue extraordinaire sur la plaine recouverte de rizières qui s’étendent à perte de vue. C’est ça la plaine du delta du fleuve Mékong. Le Cambodge est à 2 km vers l’ouest. La vue récompense vraiment l’effort de la montée sous une chaleur torride. Nous sommes complètement trempés de sueur.

Nous conduisons en ville à Chau Doc où nous allons rester pour la nuit. Nous soupons et terminons la soirée par une marche en ville le long du Mékong. Il y a des gens partout dehors et ceux-ci sont très souriants. Il y a même un groupe de jeunes enfants qui prennent des leçons de judo en plein air. Nous nous couchons à 20h30 car le départ sera encore tôt demain.

notre hôtel à Chau Doc

Le vendredi 19 août

Nous sommes partis encore à 7h00 ce matin.

Nous prenons un petit bateau sur le Mékong qui nous amène dans un petit village flottant. En fait, les maisons flottantes sont faites à partir de bateaux auxquels on a ajouté des flotteurs de chaque côté et sur lesquels on a construit la maison. C`est vraiment intéressant de constater aussi que les berges du fleuve sont toutes peuplées par des gens qui vivent dans des maisons sur pilotis.

On les voit faire leur lessive dans l’eau, laver la vaisselle et se baigner dans l’eau, et finalement, on peut aussi voir que les toilettes se déversent dans cette même eau. Pour ce qui est du village flottant, il est habité par la minorité ‘Cham’. Ceux-ci font du tissage de façon traditionnelle et portent le sarong, comme en thaïlande. Ils ressemblent plus aux Khmers Cambodgiens (ils ont la peau très foncée).

Par la suite, nous visitons une ferme d’élevage de poissons sur le fleuve. On y élève de la perche, et d’autres espèces prisées pour leur chair. Ici le poisson se vend à 1$ du kilo!!!

retour à Can Tho

À 9h00, la visite se termine déjà et c’est le temps de retourner à Saïgon. Donc nous reprenons à peu près la route inverse. La route est longue, pas parce que la distance est grande mais plutôt parce que le trafic est lent. Par contre, cette fois-ci nous faisons une partie de la route sur une vraie autoroute où les motos ne peuvent circuler. Nous arrivons à l’hôtel à 16h00. Nous y récupérons nos valises et reprenons une chambre pour nos deux dernières nuits. Nous sommes heureux d’être de retour dans cette ville qui grouille de vie.

les restaurants que l’on retrouve sur les trottoirs

Le samedi 20 août

Nous nous levons un peu plus tard car nous avons décidé de ne pas faire de visite organisée aujourd’hui. Nous écrivons notre blog ce matin et allons ensuite nous promener en ville. Nous marchons jusqu’à la cathédrale Notre-Dame. Elle est fermée et nous nous contentons d’en prendre des photos de l’extérieur.

Nous devrons nous lever à 4h00 la nuit prochaine car notre avion part à 6h00 demain matin, pour Hong Kong. Nous devrons ensuite attendre 10 heures pour notre prochain vol, en direction de Vancouver. Nous ne savons toujours pas si nous allons sortir entretemps pour aller nous promener en ville ou bien attendre à l’aéroport.

Observations :

  • Au Vietnam, les publicités de propagande communiste sont partout, autant que la photo d’Ho Chi Minh.


  • La position accroupie est utilisée en tout temps… pour se reposer, lire son journal, jouer à un jeu de société ou attendre les clients. En fait, c’est également la position pour aller aux toilettes!

 

  • À Saigon, il y a des ruelles piétonnières qui forment un vrai labyrinthe entre les bâtiments, à l’intérieur même des pâtés de maisons. D’ailleurs, notre hôtel est situé dans un de ces labyrinthes de ruelles.

  • Les fils électriques sont regroupés en amas incompréhensibles
Saigon online

Le dimanche 21 août

Lever à 4h00 pour prendre le taxi jusqu’à l’aéroport qui est tout près. Nous atterissons à Hong Kong vers 9h30. Nous repassons par les douanes car nous allons en ville. Nous sommes quand même surpris de voir autant de monde dans un espace si restreint. On se promène, se repose dans un parc puis terminons la journée par le marché Temple.
L’avion quitte Hong Kong à 19h30. Nous passons donc les 13 heures de vol à dormir, regarder un film ou manger. Nous arrivons à Vancouver vers 16h30 le lendemain mais sans changer de jour. Finalement, un dernier avion pour Edmonton. Nous arrivons à 21h00, tel que prévu. Sébastien et Alexia nous attendent avec les 2 chiens.
Nous sommes quand même très content de revenir à la maison. Stéphanie est partie une semaine à Los Angeles avec Pujit. Nous les reverrons dimanche.
Évidemment, c’est tout un choc que de revenir à Edmonton avec les grandes artères, les grandes maisons, le confort. C’est si différent ici. Nous vivons dans un monde si luxueux comparée à ce qu’on a vécu tout l’été…

Continue Reading

Vietnam (3) Hué, Hoi An et Mui

Le dimanche 7 août

Réveil plus tôt que je ne le voudrais ce matin vu que nous ne sommes pas seuls dans le compartiment. La nuit s’est bien déroulée et nous avons dormi relativement bien malgré les mouvements du train. Nous nous rendons dans le wagon restaurant pour manger une soupe-déjeuner, typiquement vietnamienne, qui ressemble à une purée de riz assaisonnée au poulet. Le train arrive finalement à Hué vers 10h00 et nous prenons un cyclo pour aller à l’hôtel.

Hué, située au centre du Vitenam, est l’ancienne capitale de la dynastie des Nguyen. C’est donc une ville où on retrouve une citadelle (4 km x 4 km) et les palais impériaux.

On s’y repose avant de repartir dîner et se promener en ville, à l’intérieur de la citadelle.

L’entrée de la citadelle (à noter les fleurs de lotus)


Le reste de la journée se déroule tranquillement. Il fait beau et chaud et c’est parfait pour refaire le plein d’énergie. Nous terminons notre sortie par le marché de la ville. Encore une fois, il y a foule…

Observations :

  • Les gens d’ici sont beaucoup plus souriants qu’à Hanoi. Nous sommes surpris de recevoir de gros sourires en réponse aux nôtres!
  • En Asie, se décrotter le nez avec les doigts en public n’est aucunement une marque d’irrespect ou de malpropreté, pas plus que de cracher un peu partout!

Le lundi 8 août

Nous avons très bien dormi, à l’hôtel, dans un lit qui ne bouge pas! Hué est une ville Citadelle qui se visite très bien à bicyclette ou en mobylette. Nous louons donc chacun une bicyclette et partons à la decouverte de celle-ci. Tout d’abord, le palais impérial, à l’intérieur des murs de la citadelle. Le complexe a une superficie d’environ 1 km2 et a été construit aux alentours de 1800. Cependant, l’ensemble des bâtiments a été presqu’entièrement détruit par les guerres successives (les américains l’ont beaucoup bombardé).

Nous avons visité ceux qui sont toujours debout aujourd’hui et qui rappellent malgré tout leur splendeur d’origine.

Nous repartons à bicyclette vers 13h00 et dînons dans un café-terrasse. Nous poursuivons notre promenade à travers la citadelle jusqu’à 15h30. Balade très agréable sous un chaud soleil caché de temps en temps par les nuages.

À notre retour à l’hôtel, nous achetons nos billets pour demain: nous ferons une visite guidée des environs, qui constituent l’ancienne zone démilitarisée entre le nord et le sud du Vietnam. Puis, c’est le temps de la pause-café (le café vietnamien est vraiment un délice!).

Observations :

  • Les vietnamiens ont un sens très aiguisé de leur environnement immédiat lorsqu’ils conduisent (auto, mobylette, bicyclette, cyclo, etc.). Ils n’utilisent pas de signaux quelconques ni de feux de circulation lorsqu’ils conduisent sur la route. Par contre, ils utilisent le klaxon pour indiquer leur présence. La règle est très simple: conduire sans frapper ou se faire frapper, c’est aussi simple que ça!

Le mardi 9 août

Lever tôt car nous partons à 6h00 du matin pour une visite de la zone démilitarisée du Vietnam. Première surprise l’autobus arrive à l’heure mais nous amène à un coin de rue pour le déjeuner. Nous ne partons pas avant 7h00 avec un autobus contenant 30 personnes.
Nous roulons pendant presque 3 heures avant d’arriver aux tunnels de Vinh Moc. Les habitants de cette zone avaient contruit des tunnels pour se protéger des bombes américaines. Ces tunnels sont très bien préservés et nous descendons jusqu’à 23 m sous terre. C’est si étroit. Dire que 17 enfants sont nés ici. Ça devait être des conditions effroyables.

17 enfants sont nés dans les tunnels
Il y a avantage à être petit ici, à 23 m sous terre

Par la suite, nous visitons un cimetière de guerre nord vietnamien puis nous nous dirigeons vers les montagnes pour voir une route qui était l’une des pistes qu’on appelait Ho Chi Minh que les nord-vietnamiens utilisaient pour infiltrer le sud.

Par la suite, nous allons à une base américaine, la base de combat Khe Sanh, où les américains ont connu, entre autres, une attaque féroce durant l’offensive du Teth. C’est intéressant de voir les appareils sauvegardés à cet endroit.

Par la suite, 3 heures de route pour revenir à l’hôtel.
Andrée et moi en sommes venus à la même conclusion : c’était intéressant mais c’est beaucoup de route.
Nous revenons à l’hôtel vers 18h00 puis allons manger au même restaurant sur le balcon.

Le mercredi 10 août

La journée commence par un trajet d’autobus, qui dure de 8h30 à 12h30. Notre autobus roule lentement pendant tout le trajet. La diversité du paysage est étonnante: montagnes, rizières, dunes de sable et rebords de mer.

Aussitôt arrivés à Hoi An, nous marchons jusqu’à l’hôtel, qui est à environ 1 km de l’arrêt d’autobus. Il fait chaud! Notre hôtel est très bien situé, tout près du vieux centre-ville, et il a une piscine. Une fois installés, nous repartons pour dîner dans un tout petit restaurant sur le bord de la rue. La nourriture est délicieuse; probablement la meilleure depuis que nous sommes au Vietnam.

Cette ville est réputée pour sa gastronomie. Ça commence bien! Puis, nous allons explorer ce petit bijou du Vietnam qu’est Hoi An. Tous les livres en vantent ses mérites car elle a gardé son cachet historique. Autre particularité: ici, on fait le linge sur mesure. Il y a plus de 200 tailleurs regroupés dans la ville. C’est impressionnant car les boutiques se succèdent mais ne se ressemblent pas toutes. Les marchands sont très insistants mais nous sommes des touristes expérimentés maintenant. Nous faisons quelques achats, non sans marchander férocement! Nous revenons faire une petite saucette à l’hôtel avant le souper après avoir pris des tonnes de photos!

Le jeudi 11 août

Hoi An: ville à découvrir…

Ce matin nous décidons de profiter d’une des spécialités de cette ville: les couturiers. Marc-André se fait faire un complet sur mesure pour la modique somme de 150 US$, tout compris (même la chemise).

Puis c’est à mon tour avec une robe et des gilets de style asiatique, tous faits sur mesure. Pour dîner, nous essayons une autre spécialité de la place, qui est un riz mélangé de légumes et viande. Délicieux!

Des boutiques où on confectionne le linge

En après-midi, nous louons des bicyclettes et allons à la plage, à environ 4 km de l’hôtel. Pas croyable qu’il y ait une plage aussi belle tout près. Il y a une petite averse sur le chemin du retour.

pause café

Le complet de Marc-André est terminé. Ils sont vraiment rapides pour fabriquer le linge. Nous allons manger dans le vieux centre-ville.

Voici nos prochains plans de voyage: nous n’irons pas à Nha Trang mais plutôt à Mui ne, qui est plus près de Ho Chi Minh. C’est une ville balnéaire plus tranquille. Nous prendrons le train de nuit samedi et nous arriverons dimanche vers midi.

Le vendredi 12 août

Une autre belle journée à Hoi An où le ciel est d’un bleu éclatant. Nous complétons nos achats de linge en matinée car il faut choisir d’abord, puis prendre les mesures, revenir ensuite essayer ce qui a été fait et finalement, faire les derniers ajustements s’il y a lieu. Ceci suppose plusieurs aller-retours au magasin alors il faut s’y prendre tôt. Cette fois-ci, c’est Andrée qui y passe avec des gilets en soie, une robe et un veston.

Andrée porte sa 1e blouse

Nous avons loué des bicyclettes tout de suite le matin alors nous en profitons pour faire une belle randonnée d’exploration sur une petite île en face de Hoi An en après-midi.

la propagande est toujours présente

Nous revenons ensuite à l’hôtel pour une saucette dans la piscine avant de repartir pour le souper.

Hoi An, de toute beauté
le veston est finalement prêt

Observations :

  • Au Vietnam, les femmes considèrent qu’une belle peau doit être blanche alors pas question d’exposer la peau au soleil. Elles sont toutes emmitouflées de la tête au pied sous des couches de linge, malgré la chaleur intense.
il doit faire chaud avec ça

Le samedi 13 août

Naturellement, il fait beau et chaud à Hoi An ce matin. Nous louons des bicyclettes et nous rendons à un petit café situé sur l’île juste en face. Là, nous lisons et relaxons en sirotant un café sur le bord de la rivière. Il est déjà midi quinze lorsque nous repartons.

Nous allons ensuite faire un petit tour de bateau dans la baie pendant une heure. Nous sommes seuls sur le petit bateau avec le capitaine et il est très gentil. Il ralentit pour nous laisser prendre des photos et nous amène près d’un village de pêcheurs. Les paysages sont de toute beauté. Nous prenons beaucoup de photos!

Nous dinons ensuite dans un petit restaurant, sur la terrasse en face de la baie. La nourriture d’ici est un vrai délice et nous essayons de goûter à leurs spécialités à chaque repas. Nous reprenons ensuite les bicyclettes pour nous rendre à la mer et relaxer sur la plage. Il est déjà 18h00 à notre retour à l’hôtel. Nous en profitons pour prendre nos douches avant de repartir souper en ville. Il y a un festival spécial ce soir en ville pour la pleine lune: le festival des lanternes. Les rues face a la riviere sont bondées de monde, autant des touristes que des vietnamiens, et il est difficile de circuler. Nous sommes chanceux de trouver un restaurant terrasse qui donne sur cette rue. Les lumieres de la ville sont éteintes le long de la riviere et les gens achetent des chandelles placées dans un petit radeau en papier fabriqué a la main. Celles-ci sont déposées sur la riviere. Nous ne pouvons malheureusement pas rester longtemps car nous devons retourner a l’hotel pour le départ. Nous prenons le train de nuit ce soir a 22h00 pour nous rendre à Mui Né, une ville de villégiature au bord de la mer située au sud de Hoi An. Nous devrions arriver vers midi le lendemain. Nous nous rapprochons tranquillement de Ho Chi Minh City.

Le dimanche 14 août

Le voyage en train de la nuit dernière s’est bien déroulé et nous avons assez bien dormi. Pas mal si on considère que nous sommes 7 dans une cabine de 4 passagers (4 adultes et 3 enfants). Nous sommes des habitués des trains de nuit maintenant. Par contre, le réveil est assez tôt car les vietnamiens sont des lèves-tôt (vers 6h00). Le train poursuit sa route vers Saigon et nous en descendons près de Mui Né vers 12h15.

Nous devons prendre un taxi pour nous rendre à l’hôtel, situé à 30 km de la gare. L’endroit est bien placé, au bord de la mer et il y a toute une série d’hôtels qui la bordent. Par contre, c’est assez tranquille car il n’y a vraiment pas beaucoup de touristes.

Nous prenons une marche sur le bord de la mer en après-midi et allons nous baigner dans la piscine de l’hôtel. Puis, souper dans un café-terrasse.

Le lundi 15 août

Mui Né est un village de pêcheurs situé entre Hoi An et Saigon.

Tout près de là, il y a toute une série de gros hôtels de luxe qui bordent la mer. À part la mer, les attractions touristiques de cet endroit sont principalement des dunes de sable, qui donnent une impression de désert. Il y a deux endroits à voir: l’un où on peut admirer des dunes de sable rouge et l’autre, des dunes de sable blanc avec le lac des lotus. C’est à ce dernier endroit que nous nous rendons en moto ce matin. Nous devons faire 25 km de route pour y arriver mais ça vaut vraiment le coup car l’endroit est magnifique. Le contraste des dunes avec le lac est impressionnant. Nous y passons presque deux heures, à se promener et prendre des photos.

Nous rebroussons ensuite chemin car les dunes de sable rouge sont moins loin que les précédentes. La couleur rouge des dunes fait une belle différence de paysage par rapport aux dunes blanches. Nous reprenons de nouveau la route en traversant cette fois le petit village pêcheur de Mui Né. Là il y a des gens qui font sécher les petits poissons (qui serviront à fabriquer la fameuse sauce au poisson, fort appréciée des vietnamiens) avant de les emballer dans des boîtes, pour ensuite en faire la livraison. C’est intéressant à voir, quoique l’odeur qui flotte dans l’air a un petit quelque chose de désagréable 😉

Au retour, rien de mieux qu’une petite saucette dans la piscine avant d’aller souper.

Nous partons demain matin en autobus pour Ho Chi Minh, notre destination finale.

Continue Reading

Vietnam (2) – Sapa et la baie d’Halong

Le lundi 1er août

C’est la 1e fois qu’on a un peu froid ce matin. Il pleut, Sapa est à 1600 m d’altitude. D’ailleurs il semble qu’il va continuer à pleuvoir pour les prochains jours.

Nous avons bel et bien pris le train cette nuit. M-A a très bien dormi tandis qu’Andrée a …. je vous laisse imaginer la suite. Le train a mis 9 heures pour couvrir environ 400 km… c’était une cambuse de luxe!

En arrivant à la gare de Lao Cai, on nous a offert le transport jusqu’à Sapa pour 500,000 dongs, 10 fois plus cher que le coût normal. Nous sommes devenus des touristes très méfiants maintenant. On a payé 50,000 dongs…
Donc, nous sommes arrivés à Sapa une heure plus tard, après avoir circulé en van dans des routes de montagnes très sinueuses. En ouvrant la porte de la van, il y a eu tout un groupe de femmes des minorités ethniques qui nous est sauté dessus (eh oui, à 7h00 du matin!). Elles sont partout dans la ville. Elles sont tellement belles dans leurs costumes traditionnels. Elles sont très colorées. Par contre, elles ne nous lâchent pas: de quel pays viens-tu? Quel est ton nom? Quel âge as-tu? Voulez-vous acheter quelque chose? Non, plus tard alors? Et par la suite, elles nous suivent partout, comme une escorte. Elles sont tout de même très souriantes et sympathiques… Comme vous avez pu le deviner, elles viennent en ville pour vendre leur artisanat, qui est entièrement fait à la main. Et elles sont très très persistantes auprès des touristes.

Nous essayons de les ignorer du mieux que nous pouvons et nour marchons à notre hôtel. Nous sommes chanceux car on a eu notre chambre tout de suite. Andrée en a profité pour reprendre un peu de sommeil.

On quitte la chambre vers 10h30, malgré la pluie qui tombe fort. Nous avons décidé d’aller explorer un village (Cat Cat) pas trop loin. La piste pour s’y rendre est magnifique.

Les vues sont à couper le souffle, même s’il y a du brouillard par endroits. Nous marchons à travers les rizières en terraces et les huttes du village. Nous dînons en chemin, en mangeant des brochettes de viande cuites par des habitants du village qui tiennent un petit restaurant. Nous poursuivons la piste à pied jusqu’à la fin, en arrêtant en chemin pour savourer un café vietnamien. Nous sommes de retour en ville vers 15h30 et il pleut toujours.

Observations :

  • Les femmes des minorités ethniques sont très petites (elles sont toutes plus petites qu’Andrée), d’ailleurs, les hommes aussi!
  • Elles parlent toutes au moins 3 langues: leur dialecte, le vietnamien (appris à l’école) et l’anglais (en côtoyant les touristes)
  • Malgré leur petite taille, les habitants de ces villages sont très forts physiquement. Vous devriez voir ce qu’ils peuvent transporter sur leur dos!
  • Le tourisme a définitivement des impacts sur leur société. En marchant dans le village, des touts petits enfants nous ont approché en nous disant: money? Par contre, les conditions de vie du village se trouvent grandement améliorées par une piste en ciment qui traverse le village d’un bout à l’autre. Grosse amélioration du point de vue hygiène, croyez-moi!

Le mardi 2 août

Il ne pleut pas ce matin mais le ciel est tout de même gris. La brume s’accroche aux montagnes alors la vue n’est pas extraordinaire pour le moment. Nous avons établi un itinéraire d’une journée pour marcher à travers 3 villages. Nous prenons d’abord deux taxis-motos pour nous amener au point le plus éloigné et commençons à marcher vers le premier village, accompagnés d’une belle escorte (vous l’aurez deviné) de 5 femmes, qui passent par les questions habituelles.

Nous marchons tranquillement en jasant et elles nous montrent plein de choses en passant dans les rizières (types de riz, les graines attachées sur les pousses, etc). C’est très instructif mais pas évident de se faire suivre comme ça. Une heure plus tard, nous achetons un petit quelque chose de chacune (il faut être juste) et leur disons poliment que nous allons poursuivre notre route seuls. Il faut insister mais éventuellement, ça fonctionne.

Nous continuons donc notre route sur la piste, qui devient de plus en plus boueuse et difficile à suivre. C’est la saison des pluies… et c’est ce que ça donne. Par contre, il est évident que pour eux, ça ne présente aucun problème. Ils vivent dans cette boue, de façon tout à fait naturelle. C’est nous que ça dérange. Nous avons de la misère à mettre un pied devant l’autre tellement ça cale et c’est glissant. Nous continuons malgré tout.

Là je dois vous raconter qu’à un moment donné, deux très petits garçons (qui s’occupaient de 2 boeufs gigantesques), nous laissent passer sur la piste et nous regardent poursuivre notre route tant bien que mal. C’était le bout le plus difficile jusqu’à date (grosse marde vaseuse… on a de la misère à rester debout après chaque pas). Tout à coup, ils passent à côté de nous en courant (ils sont nus pieds) de façon aisée, comme si de rien n’était. Moi je glisse et j’évite le pire tandis que Marc-André glisse aussi et se retrouve presqu’à l’horizontale, couché dans la boue mais il réussit à s’aggriper de justesse à une clôture de bambou. C’est à mourir de rire de nous voir… d’ailleurs les 2 enfants sont crampés de rire!!!

Nous poursuivons la route ainsi en alternant entre boue et obstacles en tout genres. Nous sommes épuisés en approchant finalement de la vraie route qui doit nous amener vers la ville. Nous demandons la route aux gens de la place, qui circulent aisément autour de nous, souvent en transportant des charges incroyables sur leur dos.

Dernier obstacle: un mur de boue, presque vertical, qui est emprunté de tous. Là j’avoue que cet obstacle nous parait infranchissable mais nous y allons tout de même presque couchés à plat ventre dans la boue, en nous faisant dépasser constamment par les gens, qui gravissent la pente aussi naturellement que si c’était sur du plat. Rendus en haut je vous jure, je me suis demandée comment nous y étions arrivés vivants!!!

Retour en ville et douche bien méritée. Cette marche nous a fait apprécier d’abord les conditions de vie difficiles dans lesquelles ces gens vivent mais surtout, leur agilité et leur force dans les pentes. Nous avions l’air de vrais incapables à côté d’eux. Par contre, nous avons eu la chance de voir des paysages uniques et à couper le souffle.

Observations :

  • La culture du riz est un travail acharné. Il faut apprécier le moindre petit grain, qui est le fruit d’un travail considérable!

Le mercredi 3 août

Il y a 26 ans aujourd’hui que nous sommes mariés. Toutes ces années ensemble ont été extraordinaires!!!

Nous avons loué une motocyclette ce matin pour nous rendre au village de Taphin. Après s’être trompés une couple de fois sur la route, nous aboutissons au petit village en question. Ici il y a encore plus de gens qui nous assaillent pour vendre leur artisanat. Nous continuons un peu plus loin pour aller voir une caverne au bout du village. Nous rencontrons 4 autres personnes qui ont décidé d’aller explorer la caverne de plus près. Les cavernes sont sombres, humides et le sol smeble boueux. Nous optons pour ne pas aller plus avant. De toute façcon, quelqu’un nous révèle que des lumières sont allumées pour les premiers pas, puis éteintes (on demande de l’argent pour les rallumer et retrouver la sortie!!!). Elle est bien drôle celle-la. Nous revenons à Sapa pour diner et flânons jusqu’au départ en van, prévu pour 17h00.

Nous repartons ce soir avec un train de nuit pour arriver à Hanoi vers 6h00. Ensuite, nous prenons un autobus pour la baie de Halong à 8h00 ou nous dormirons 2 nuits.

Le jeudi 4 août

Arrivée à Hanoi (de Sapa) en train à 5h00 du matin. La gare grouille déjà de monde. Il faut dire que les vietnamiens vivent avec le soleil. Ils se levent tôt pour profiter de la température plus fraîche. À notre grand étonnement, un gars de notre hôtel nous attend à la sortie du train pour nous ramener à l’hôtel. Nous y prenons une douche ainsi qu’un déjeuner (tout cela gratuitement… quel service!) avant notre départ pour le voyage dans la Baie d’Halong. À 8h00, un minibus nous attend à la porte de l’hôtel. Nous sommes un groupe d’environ 20 touristes et le guide nous explique le déroulement des 3 jours d’excursion pendant que nous roulons dans le trafic chaotique d’Hanoi. Nous roulons pendant 4h00 avant d’arriver au port de Halong City, où nous prenons un bateau navette qui nous amène sur le bateau de croisière. On nous accueille avec un dîner aux fruits de mer. Puis nous allons mettre les bagages dans nos chambres tandis que le bateau débute son trajet dans la merveilleuse Baie d’Halong.

Photos après photos, nous arrivons dans une petite baie où nous débarquons pour visiter des grottes gigantesques sur une des nombreuses îles. Les grottes sont très bien aménagées pour la visite, avec éclairage cible aux endroits propices et escaliers, lorsque nécessaires.

Après cette visite, nous allons faire du kayak autour de ce site enchanteur.

Retour sur le bateau et baignade. Tout le monde s’amuse car nous pouvons sauter dans l’eau à partir du pont supérieur. Belle baignade après une journee de chaleur intense. Le souper est encore extraordinaire puis la soirée passe en jasant avec les gens du groupe, qui sont tous agréables.Nous rencontrons un couple de jeunes québécois (Michel et Katia) avec qui nous nous entendons très bien. C’est bien de discuter avec tous les autres touristes aussi, qui viennent d’un peu partout. Nous avons droit à un beau ciel étoilé avant d’aller au lit.

Observations :

  • Nous sommes surpris par l’organisation impressionnante des vietnamiens pour ce voyage dans la Baie d’Halong.
  • C’est un peu décevant de constater le manque de conscientisation environnementale de la population… il y a des déchets qui flottent un peu partout sur l’eau. Je surprends même un des membres de notre équipage en train de ramasser des déchets dans le bateau et les jeter par dessus bord. Quel dommage dans un site si extraordinaire!

Le vendredi 5 août

Ce matin le bateau nous amène à la plus grosse île de la Baie: lîle Cat Ba.

Là, nous allons faire un tour à bicyclette au gros soleil tapant, jusqu’à un petit village.

Retour au bateau qui nous débarque sur une autre île où il y a quelques petits chalets très pittoresques, dans lesquels nous allons coucher ce soir.

Le site où on rerouve les chalets
notre chalet
vue du balcon

Nous y passons l’après-midi à faire du kayak, se baigner, jouer au billard (eh oui, il y a une table extérieure) et relaxer. On a un BBQ en soirée avec tous les gens qui sont sur l’île, puis nous allons nous amuser un peu avec l’appareil-photo, question d’essayer un peu les options pour photos de nuit.

Le samedi 6 août

Après un bon petit déjeuner, nous quittons l’île sous un bref orage. On nous ramène sur le bateau de croisière, qui lui, nous ramène au port d’Halong City.

Il y a une petite activité organisée sur le bateau: on apprend à faire la cuisson de rouleaux impériaux.

Nous dînons sur le bateau et en profitons pour côtoyer une dernière fois tous les gens qui ont fait le voyage avec nous. Nous nous sommes fait beaucoup de fun avec Katia et Michel, les jeunes québecois rencontrés durant ce voyage. Beau couple de jeunes gens très positifs et agréables! Ce fut enrichissant de les connîitre ainsi que les autres voyageurs du groupe. Le reste de la journée passe à faire le voyage de retour vers Hanoi, avec les aux revoirs appropriés à tous les gens du groupe. Les gens de notre hôtel nous accueillent encore merveilleusement en mettant une chambre à notre disposition pour prendre une douche et se changer avant notre départ de ce soir pour Hué. Nous partons (cette fois définitivement) d’Hanoi en train vers 19h00. Le wagon est confortable et assez propre. Nous nous installons pour y passer la nuit. Trois autres passagers sont dans notre compartiment: une vietnamienne avec ses 2 enfants, un garçon d’environ 10 ans et une fille d’environ 8 ans, qui se partagent 2 lits.

Observations :

  • Notre espace vital est beaucoup plus grand que celui des vietnamiens… je suis étonné de voir la mère couchée sur la banquette avec sa fille. C’est déjà étroit pour moi; j’ai peine à imaginer dormir avec quelqu’un d’autre dans un espace si restreint.

Prochaine destination: Hué

Continue Reading

Vietnam (1)

Le mardi 26 juillet

Nous quittons l’hôtel en tuk tuk pour l’aéroport de Siem Reap, où nous prenons l’avion pour Hanoi. C’est intéressant de survoler la région car les trois quart des terres semblent inondées. Ce sont des champs de riz à perte de vue. Nous faisons escale à Luang Prabang, au Laos pour quelques minutes. Ici, c’est montagneux, paysage tout à fait different des rizières. Nous arrivons au Vietnam vers 15h00. La file d’attente pour franchir les douanes est très longue.
Ensuite, nous prenons immédiatement un taxi pour nous rendre à l’hôtel. Après une assez longue route, le chauffeur arrète devant un hôtel, même numéro de porte que le nôtre. Andrée note tout de suite que ce n’est pas la bonne rue. Deux personnes ouvrent la porte du taxi et nous affirment que c’est notre hôtel, qu’il vient juste de changer de nom. On refuse de sortir du taxi, en objectant que ce n’est pas la bonne rue. Après avoir insité encore un peu, ils referment la porte du taxi et nous ordonnons à notre chauffeur de nous amener au bon endroit cette fois. Nous avions lu au sujet de ce genre d’arnaque dans notre guide touristique mais nous avions encore peine à croire que ça nous arrivait pour vrai. Le chauffeur amène ses clients à un different hôtel et reçoit une commission de l’hôtel en question. On ne lui a pas donné de pourboire…

Nous sommes à un petit hotel, au vieux centre-ville, avec balcon. Les rues sont étroites et bondées de monde et de mobylettes qui circulent en tous sens. Ça grouille de vie, les klaxons sont continuels. Nous allons manger dans un petit restaurant au coin de la rue. On ne sait pas trop ce qu’on aura quand on commande. Heureusement qu’il y avait quelques photos à l’entrée. En fin de compte, le plat a des nouilles enterrées sous plusieurs morceaux indescriptibles. Le tout est mangeable. On retourne à l’hôtel assez tôt, comme à notre habitude. Le voyage est fatiguant quand même.

Observations:

  • Ici, les feux de circulation sont relegués au même rang que le papier toilette: inexistants car ils ne sont qu’une commodité pour les touristes
  • Les mobylettes sont le moyen de transport par excellence et les casques ne sont même pas obligatoires.
  • Pour traverser la rue, il faut avancer tranquillement à vitesse constante, sans se retourner. Ainsi, tous les véhicules vont anticiper la vitesse et la trajectoire nécessaire pour vous éviter. J’avoue que ce serait presque mieux de se fermer les yeux tellement c’est épeurant!
  • L’espace vital des vietnamiens est beaucoup plus restreint que le nôtre. Dans le petit restaurant, aucune place ne reste libre… nous sommes côte à côte devant une table minuscule et deux autres personnes sont assises face à nous à la même table.
  • Ici les vietnamiens ne parlent pas anglais. C’est même difficile dans les hôtels.
  • On se sent très très riche quand on va au guichet et qu’on retire 8 000 000 de dongs à la fois. Il faut savoir que 20 000 dongs équivalent environ à un dollar. Je vous laisse faire les calculs. En passant, il faut s’habituer vite aux calculs quand on passe d’un pays à l’autre.. pas toujours évident!

Le mercredi 27 juillet

Après le déjeuner, nous partons à l’aventure en marchant dans les rues du vieux quartier. Les trottoirs sont bondés de gens qui vendent toutes sortes de choses ou de petites cantines de nourriture installées directement sur le trottoir, où ils préparent les plats sur place, et on les mange assis sur de minuscules tabourets.

Nous retournons à l’hôtel prendre un peu de repos dans l’après-midi et en profitons pour acheter nos billets pour visiter la baie de Halong dans 2 jours ainsi qu’un billet de train pour Sapa, au nord dans les montagnes. Puis nous allons faire un tour du côté du marché central, qui est situé dans un bâtiment de trois étages. Il y a beaucoup de monde mais les marchands sont en train de fermer leurs boutiques (il est 17h00). Nous faisons tout de même la dégustation de mini beignets et nous réalisons une fois de plus que les prix sont plus chers pour nous.

Le souper est dans la rue, parmi les gens de la place. C’est bon signe quand la petite cantine est populaire parmi la population. Leur anglais est très limité mais au moins on peut pointer les mets qui sont sur les tables. Nous retournons à l`hôtel assez tôt, une fois de plus.

Observations:

  • Les vendeurs qui se promenent dans la rue établissent leurs prix selon la couleur de la peau. Plus la peau est pale, plus le prix monte!
  • Les déchets sont jetés directement sur les trottoirs, puis les gens balaient le trottoir et font des petits tas qui vont etre ramassés par des vidangeurs qui passent a pied.

Le jeudi 28 juillet

Comme d’habitude, la ville d’Hanoi est éveillée et l’activité y bat son plein lorsque j’ouvre un oeil ce matin. Il fait beau et chaud mais inutile de vous le dire, vous auriez pu le deviner. Le but ultime de notre journée est de visiter le Mausolée d’Ho Chi Minh où ce personnage célèbre (pour les vietnamiens en tout cas) est embaumé et exposé au travers d’un sarcophage de verre. La visite est protocolaire, supervisée par plusieurs militaires et pleine de règlements à observer. On doit laisser nos sacs à la porte, puis plus loin, on doit laisser nos appareils-photos. On passe ensuite en file à l’intérieur du bâtiment… il faut marcher, pas le droit de s’arrêter pour contempler, pas le droit de se croiser les bras (un militaire m’averti de les décroiser) et aussi, pas le droit de porter des culottes courtes sinon on n’entre pas.

Malgré tout, la foule circule sans interruptions et on poursuit les visites avec un musée sur la vie d’Ho Chi Minh. Le musée est intéressant mais je trouve personnellement qu’il y a trop de lecture. On se dépêche malgré nous car le comptoir pour récupérer nos sacs ferme à l’heure du diner, comme pour plusieurs commerces. Il faut dire que c’est l’heure où le soleil plombe le plus fort et tout le monde cherche refuge à l’ombre ou à l’air climatisé (ou devant un ventilateur pour la plupart).

Nous revenons vers l’hôtel et y revenons pour faire une sieste en après-midi. Ensuite nous avons marché pour voir la cathédrale St-Joseph. Celle-ci est située en plein milieu d’Hanoi et vraiment, ça fait tout a fait bizarre de trouver une cathédrale de style européen à cet endroit. Nous prenons un café juste à côté, assis sur des bancs de plastique minuscules. C’est comme ça ici. En fait, plus la chaise est haute et confortable, plus les prix sont élevés. Après le souper, nous préparons nos bagages pour notre départ de demain matin vers Halong Bay.

Le vendredi 29 juillet

Journée surprise, une fois de plus!

Ce matin nous sommes supposés partir pour un voyage de 3 jours à Halong Bay, à l’est d’Hanoi. Cependant, Marc-André vérifie la température sur Internet et nous savons qu’une tempête tropicale se déplace exactement dans cette direction. Nous savons également que l’an dernier, 12 touristes sont morts noyés à cet endroit parce que la mer était tumultueuse. Nous attendons de voir ce qu’ils vont dire mais nous avons déja pris la décision de ne pas partir de toute façon. Une heure plus tard nous apprenons que tous les voyages vers cette destination sont annulés. Nous essayons alors de modifier notre itinéraire le mieux possible. Le plus simple est d’attendre encore ici jusqu’a notre départ pour Sapa car nous avons déja nos billets de train pour le 31 au soir. En revenant de Sapa, nous partirons pour Halong Bay, en espérant que ce changement donnera le temps à la tempête de s’éloigner.

Nous partons diner pas loin de l’hôtel, à une petite cantine de rue. Ici chaque repas est une expérience culturelle. D’abord les gens ne parlent pas vraiment anglais. On regarde ce qui se prépare comme nourriture puis on pointe du doigt du mieux qu’on peut car il faut avouer que ça ne ressemble pas à ce qu’on met dans notre assiette. Aussi, il faut être flexible car les bancs sont petits. Il faut s’asseoir les genoux écartés car on place la nourriture dans la bouche et, en mâchant, on laisse tomber tout ce qui ne se mange pas entre nos deux pieds, par terre. Eh oui, quand on entre il y a des petits tas d’os et d’arrêtes sur le sol, tout autour des tables! Ai-je mentionné qu’il est préférable de savoir manier les baguettes? Sur ce point, nous mangeons pas mal plus lentement que les autres clients. Nous réussissons à s’en tirer pas mal bien à force de pratiquer. Pour terminer sur le sujet de la nourriture, je dois souligner le fait qu’ici on peut manger tous les repas sur les trottoirs car plusieurs personnes installent des cantines de toutes sortes le matin, un peu partout sur les trottoirs et ils partent quand il ne leur reste plus de nourriture. Ils amènent tout ce dont ils ont besoin pour la journée, incluant les petits tabourets en plastique pour les clients.

Nous partons pour l’après-midi visiter un musée militaire mais c’est fermé aujourd’hui. Changement de plan… nous marchons et arrivons au Musée des Beaux-Arts. Nous en faisons la visite puis allons visiter le temple de la littérature, qui se situe juste en face. Visite intéressante car cet endroit est la première université du Vietnam (en l’an 1000… on y enseignait la doctrine de Confucius.

Nous remarchons tranquillement vers l’hôtel et arrêtons prendre un café devant la cathédrale St-Joseph en chemin.

Vue du haut de l’hôtel

Le samedi 30 juillet

C’est la première fois que nous voyons de la pluie au Vietnam. Il faut dire qu’il y a une tempête tropicale pas trop loin d’Hanoi en ce moment alors j’imagine qu’elle se répercute un peu ici. Nous prenons notre temps ce matin et allons prendre une petite marche dans le quartier. La température est plutôt agréable et le vent fait du bien.

En après-midi, nous allons visiter le Musee militaire. Il est assez gros et nous prenons au moins 2 heures à en faire le tour. C’est intéressant de voir les guerres que le Vietnam a vécu de leur point de vue. En remarchant vers l’hôtel, nous arrôtons prendre un café. Il pleut de façon intermittente tout l’après-midi mais le temps est tout de même chaud, sans être étouffant.

Nous prenons le souper à un restaurant très fréquenté par les gens de la place et nous faisons la connaissance d’un couple de québécois (nos premiers du voyage). C’est bien de jaser un peu en français.

Le dimanche 31 juillet

On a droit au déluge ce matin. La rue est un peu plus tranquille, à cause de la pluie j’imagine. Nous faisons nos bagages car notre départ pour Sapa est ce soir, par train.

Nous allons marcher à travers les rues de la ville. C’est incroyable de découvrir toujours plus à mesure qu’on se déplace. Nous allons marcher autour du lac et arrêtons prendre un café près de la cathédrale. Le café vietnamien a un goût particulier, qui est vraiment délicieux. Quelques pas plus loin, nous arrêtons devant une petite cantine de rue pour manger un bol de nouilles en soupe. Ce sont les meilleures à date et nous sommes assis sur les plus petits bancs que nous avons vus jusqu’à présent. Les gens autour de nous sont très gentils et nous aident au maniement des baguettes 🙂 On s’en vient des experts!

Retour à l’hôtel, un peu d’ordinateur et autre petite marche dans le quartier, entre les orages intermittents. Nous partons ce soir pour Sapa. C’est un train de nuit.

Continue Reading

Cambodge

Nous sommes arrivés hier soir et déjà, nous remarquons beaucoup de différences:

  • Il y a beaucoup de trafic mais surtout, il y a de tout sur la route: des bicyclettes, des motos, des tuks tuks, des taxis, des autos, des camions et ce qui frappe le plus ce sont les mobylettes en très grand nombre.
  • Il n’y a pas vraiment de limite quant au nombre de personnes qui peuvent voyager sur une mobylette en même temps… ca dépend de la grosseur des personnes en question et les cambodgiens sont petits!!!
  • Pas besoin de feux de circulation… ceux-ci sont complètement inutiles. Il suffit de circuler lentement et tout le monde peut aller dans tous les sens en évitant les accidents. Je vous laisse imaginer la scène!
  • Pas besoin de signaler á gauche ou á droite quand on veut tourner. Il suffit d’y aller lentement et de zizaguer un peu.
  • N’essayez pas de conduire á Phnom Penh si vous n’êtes pas cambodgiens!
  • La moitié de la population de la ville travaille à transporter l’autre moitié, peu importe le moyen de transport utilisé.
  • L’autre moitié travaille à nourrir la première moitié en préparant et en vendant de la nourriture (N’IMPORTE QUOI!) sur le bord de la rue.
  • Pratiquement tout ce qui bouge ou pousse est comestible!

Le mardi le 19 juillet

Nous ne resterons que 2 jours à Phnom Penh alors nous essayons d’en voir le plus possible. C’est dur de s’imaginer que cette ville d’un million d’habitants a été complètement évacuée par les Kmer Rouges en 1975.
Marc-André se lève tot, comme à son habitude. Il en profite pour explorer tandis qu’Andrée dort ses heures d’extra, comme à son habitude.
Après déjeuner, nous partons en tuk tuk (ici on ne fait pas 2 pas sans se faire offrir de prendre un tuk tuk) pour commencer nos visites. Nous allons d’abord à la fameuse prison S-21 qui a servie comme prison tristement célèbre sous le régime de Pol Pot. Visite difficile… quelles atrocités. Ça ouvre les yeux sur ce qui est arrivé il n’y a pas si longtemps après tout. On comprend mieux les disparités entre le Cambodge et les pays déja visités.

On marche un peu pour faire passer tout ce qui brasse à l’intérieur avant de nous rendre vers la rivière. Tous nos déplacements se font en tuk tuk dorénavant. Il faut dire que la chaleur est suffocante. Le soleil plombe implacablement sur nos têtes. Nous marchons lentement, buvons beaucoup et déclinons continuellement les offres (à toutes les 10 secondes, je ne mens pas) pour nous faire acheter quelque chose.

Nous arrêtons à un petit restaurant sur le coin d’une rue et mangeons parmi la population. C’est dans ces restaurants que la nourriture est la meilleure, quand on réussit à se faire comprendre. À cette heure-ci, tout le monde est arrêté quelque part car il fait trop chaud. Plusieurs sites sont fermés jusqu’à 14h00.

En après-midi, nous visitons le palais royal, qui a des airs semblables à celui de Bangkok.

Nous revenons ensuite près de l’hotel pour aller faire une petite trempette au marché central. Il y a de tout dans ce marché mais ce qui est le plus fascinant (Marc-André dirait plutôt écoeurant) est la section bouffe, surtout poisson et autres produits de la mer car l’odeur vient avec! Nous arrêtons à un petit café pour une demie-heure, le temps de se reposer les pieds. Nous remarchons ensuite tranquillement à notre hôtel pour prendre une douche et une petite sieste bien méritées. Nous soupons à un petit restaurant local (4$ pour les deux) puis prenons une marche le long de la rivière.

Le mercredi 20 juillet

Deuxième et dernière journée à Phnom Penh. Nous prenons un tuk tuk pour la journée car le chauffeur nous demande humblement de l’engager pour la journée car il n’a pas d’emploi. Il est tout content quand nous acceptons. Il demande 15$ pour la journée et il va nous attendre tout le temps nécessaire pendant que nous visitons.
Nous nous rendons tout d’abord à Choeung Ek, à 14 km de la ville. C’est un endroit où on tuait (assassinait) les gens après les interrogations de la prison visitée hier. Les cambodgiens ont récupéré 10 000 crânes et en ont fait un monument à la mémoire des victimes et pour les générations futures. Nous avons fait un tour guidé et encore une fois, nous en sommes ressortis bouleversés.
Il est midi et on ne peut pas manger car nous sommes toujours sous le choc de la visite donc nous nous rendons au marché russe. C’est un complexe de plusieurs baraques qui ensemble forment un grand carré. À l’intérieur, il y a des centaines de petites boutiques. On y trouve à peu près de tout, des souvenirs aux peintures, en passant par les pièces de motos et bric a brac de toutes sortes. Par la suite, notre chauffeur, qui a été toujours très patient, nous ramène à l’hôtel.
Nous prenons une douche puis allons marcher le long de la rivière. C’est toujours animé et on s’asseoit prendre un verre et soupons en observant tout ce qui se déroule dans la rue. C’est mieux que n’importe quel spectacle tellement il y a de choses a voir.

Demain, nous partons à 8h00 pour nous rendre à Siem Reap.

habillement des khmers rouges

Le jeudi 21 juillet

Est-ce que j’ai déjà mentionné dans mes observations que le trafic circule dans le même sens que chez nous ici au Cambodge? Par contre, la conduite n’a rien à voir avec ce que nous connaissons. Nous faisons le trajet entre Phnom Penh et Siem Reap en minivan d’une quinzaine de passagers. Comme Marc-André l’a si bien dit durant le voyage, ce serait mieux s’il y avait des rideaux tout le tour des fenêtres pour ne pas que l’on voit la route et la façon que le chauffeur conduit. En gros, la route est étroite, sans accotements d’un côté ou de l’autre, pas de ligne au milieu. Nous roulons pratiquement au centre (les autos qui arrivent en sens inverse font la même chose) en zizaguant pour éviter les piétons, les bicyclettes, les motos, les mobylettes, les tuks-tuks, les autos, les camions, les vaches, etc. Et en plus, on file à toute allure! On arrive tout de même sains et saufs et tous heureux de descendre, après un trajet d’environ 4 heures. Il est 13h15 et un tuk tuk nous amène à l’hôtel, qui est très bien situé. Le chauffeur du tuk tuk nous suit à l’intérieur car il souhaite nous offrir ses services pour toutes nos visites durant notre séjour. Il faut comprendre que nous sommes en basse saison et qu’en ce moment, ces gens travaillent environ 2 jours par semaine. Et on dirait que c’est la même chose pour environ la moitié de la population. Donc vous pouvez vous imaginer combien on se fait offrir de tout, par tout le monde (enfants inclus… ils vendent des bracelets, des foulards, des livres, des boissons, etc). En fait, c’est comme ça à peu près à chaque 2 pas lorsqu’on se promène. Il faut sourire et dire non poliment, jusqu’à la prochaine offre, deux pas plus loin. 🙂 On prend les arrangements nécessaires pour demain avant d’aller à la chambre pour prendre une douche.

On marche ensuite jusqu’au marché (avec des offres à chaque deux pas, rappelez-vous… n’oubliez pas de sourire!) puis on achète quelques petites choses. En passant, quand on a un billet de 10 000 (riels) dans les poches, ça donne l’impression d’être très riche mais en fait, ça ne vaut que 2.50$. Retour à la réalité… les riels ne valent pas grand’chose et l’argent utilisé de préférence est le dollar américain. Je dois tout de même mentionner que le coût de la vie ici est très bas pour nous. Hier soir nous avons mangé et bu de l’alcool (3 verres en tout) pour moins de 10$. La pluie nous ramène à l’hôtel vers 16h30… c’est normal, c’est la saison des pluies et c’est ce genre de température qui nous attend. Nous resortons quand même pour souper, avec nos parapluies. Retour à l’hôtel assez tôt. On doit être reposés pour la visite des temples d’Angkor demain matin.

Le vendredi 22 juillet 2011

Journée de visite des temples d’Angkor. Nous quittons l’hôtel à 9h00 à bord du tuk tuk réservé hier. Notre chauffeur est d’excellente humeur… il est heureux de travailler pour la journée. Nous commençons notre tournée par la cité d’Angkor Thom, qui abritait environ un million d’habitants dans les années 1000. Elle englobe plusieurs temples et autres bâtiments.

Chaque temple a ses propres caractéristiques. Nous pouvons explorer à notre guise et prendre le temps nécessaire puisque notre chauffeur attend patiemment notre retour pour nous amener au prochain endroit. Nous continuons toute la matinée avant d’arrêter prendre un petit diner bien mérité, à un restaurant sur le bord de la route.

Puis nous reprenons nos visites, d’un temple à l’autre. Chaque temple nous surprend puisque, comme je l’ai dit plus tôt, les caractéristiques sont différentes d’un à l’autre ainsi que l’état de conservation.

Certains ont des bas-reliefs encore très beaux par exemple, alors que d’autres sont vraiment en ruine. À certains moments nous avons l’impression d’être dans un film d’Indiana Jones entourés de toutes ces ruines spectaculaires.

Nous revenons à l’hôtel vers 16h30 et prenons le temps d’essayer la piscine avant de repartir pour le souper. Il va y avoir de l’orage alors on se trouve un petit restaurant, tout juste avant que le ciel éclate. Le déluge est terminé avant la fin du repas et nous retournons tranquillement à l’hôtel, toujours sous les assaults des vendeurs et des chauffeurs de tuk tuk (sourire 🙂 et politesse).

Le samedi 23 juillet

Nous avons gardé la visite du fameux temple d’Angkor Wat pour aujourd’hui. Nous nous y rendons en tuk tuk vers 10h00 et commençons notre visite. Il y a pas mal de monde mais rien à côté de ce que ça peut être en pleine saison touristique.

Nous marchons dans un dédale de couloirs, tous assez bien préservés etplusiquers toujours en restauration. Les bas-reliefs couvrent des corridors entiers avec des fresques représentant la vie du temps (environ en l’an 1030). On ne peut qu’imaginer la beauté du bâtiment et sa splendeur d’époque, puisque tous les murs de pierre étaient couverts de sculpture, peintes de couleurs vives en plus.

On en ressort vers 12h30 et on décide de retourner en ville puisque le ciel est menaçant et que ça parait évident que l’orage va éclater plus tôt qu’à l’habitude. Ce qui arrive en effet après environ une heure, juste au moment où nous sommes en train de diner, bien à l’abri sous les toits d’un marché local.

Le dimanche 24 juillet

Il fait un soleil radieux et une chaleur étouffante aujourd’hui 🙂

C’est notre journée de repos des visites alors nous décidons de louer des bicyclettes et nous en profitons pour explorer un peu en matinée. C’est intéressant d’expérimenter le trafic de cette façon. Beaucoup de gens se déplacent à bicyclette ici mais sans pour autant avoir des pistes réservées pour ce transport. Nous arrêtons vers midi car il fait très chaud.

Nous dinons et retournons à l’hôtel pour profiter de la piscine. Petite journée tranquille qui nous fait beaucoup de bien.

Le lundi 25 juillet

C’est notre dernière journée de visite des temples ainsi que notre dernière journée à Siem Reap puisque nous partons demain pour Hanoi.

Notre chauffeur de tuk tuk nous attend à la porte de l’hôtel ce matin. Il nous amène à un temple qui fait partie d’un circuit éloigné de la ville. Le petit temple de Bantrey Srei est situé à environ 25 km de la ville et est considéré comme le joyau de la région grâce à ses sculptures très bien conservées. Le temps est à l’orage et la pluie tombe de façon intermittente. Notre promenade à travers villages et campagnes est vraiment agréable. Nous pouvons admirer la beauté du paysage et voir comment vivent les paysans. Plusieurs travaillent dans les rizières, ce qui est intéressant à voir.

À notre arrivée au temple, c’est le déluge. Nous visitons tout de même avec nos parapluies. Il faut dire qu’ici la pluie est chaude alors ce n’est pas un gros inconvénient. Nous repartons après le diner pour continuer les visites de 3 temples de plus. Celui qui nous surprend le plus est un temple envahit par la nature, notamment, de gros arbres immenses. Le vrai paradis d’Indiana Jones! Nous revenons à l’hôtel vers 16h00 sous un soleil brillant.

Demain, nous partons pour le vietnam, à Hanoi.

Continue Reading

Koh Tao

le mardi 12 juillet

Journée surprises!

C’est à 6h30 que nous entâmons cette journée spéciale… en effet, nous partons de Bangkok aujourd’hui pour nous rendre sur la petite île de Koh Tao, au sud de la Thaïlande. Nous avons bien hâte d’y aller car nous avons déjà réservé des cours de plongée sous-marine. Nous partons donc, avec nos gros sacs à dos (ça prend une certaine technique pour se déplacer avec aisance et rester en équilibre). En deux minutes, nous avons un taxi pour se rendre à l’aéroport municipal, au nord de la ville. Le conducteur est tellement habile, ça fait peur par moments de se déplacer si vite dans ce trafic.

Première surprise: en arrivant à l’aéroport, nous constatons sur l’écran des vols que le notre est annulé! C’est vraiment la première fois que ça nous arrive malgré tous nos voyages! Bon, alors Marc-André se démerde au comptoir et ça ne prend pas beaucoup de temps pour constater que la compagnie n’a aucune alternative à offrir à ses clients. Bon, alors il faut penser vite car nous sommes loin du centre-ville, loin de l’aéroport international (qui offrirait plus de possibilites) et vraiment, on ne veut pas vraiment manquer notre vacance de rêve. On nous attend pour 14h30 sur cette fameuse île afin de commencer le cours de plongée. Je fais le tour des autres compagnies et nous décidons d’embarquer dans un autre vol pour le sud mais pas pour notre île, qui semble hors d’accès vu son éloignement. Nouvelle destination: Sunat Thari (je vous mets au défi de trouver ça sur une carte). L’idée est de se rendre au sud quand même en espérant que nous profiterons du soleil et trouverons peut-être un autre endroit pour des cours de plongée. Malheureusement, le départ n’est qu’à 18h50 ce soir (moyen délai; il est 10h00 du matin).

Deuxième surprise: au lieu d’être en train de voyager en avion puis sur un bateau rapide, nous sommes en train d’attendre interminablement dans un tout petit aéroport minable (il n’y a rien ici!), Ça met notre patience à l’épreuve sauf que nous nous estimons encore très chanceux d’être en Thaiïlande, de prendre un vol et en plus, de partir vers le sud! 🙂
Nous finissons par dénicher un endroit pour faire de l’Internet à 10 min à pied de l’aéroport (oui, incroyable mais vrai: il y a un quartier grouillant de monde juste de l’autre côté de l’autoroute qui se rend à l’aéroport; mais mon dieu que c’est pauvre et délabré; et pourtant, ces gens sont tout aussi souriants qu’au centre-ville de Bangkok). En faisant de l »internet, nous décidons de réserver un hôtel pour notre arrivée à Surat Thani puisqu’il fera noir et que nous ne saurons pas vraiment ou nous serons. Bon, tout va bien: nous avons un vol et une chambre à l’autre bout. Sauf qu’il ne semble pas y avoir grand’chose à l’autre bout, d’après l’info sur Internet. Après une longue, longue attente, nous finissons par monter à bord de l’avion. Il est bondé mais le vol se déroule très bien. En fait, nous arrivons à notre destination en avance: il est 20h00 au lieu de 20h20 comme prévu sur les billets.

Troisième surprise: En descendant de l’avion, Marc-André attend les bagages pendant qu’Andrée part en quête de possibilités (eh oui, croyez-le ou non, nous n’avons pas encore abandonné l’idée de la belle île paradisiaque). Voici ce que la petite quête révèle: en partant directement de cet aéroport, on peut prendre un bus qui nous amène au quai et de là, on peut monter à bord d’un traversier de nuit pour se rendre devinez où? Sur la belle petite île de Koh Tao, là où on doit suivre notre cours de plongée. Ca y est; on achète les billets immédiatement et deux minutes plus tard, nous voici dans un autobus en direction du quai de Surat Thani. (Et oui les enfants… là je vous entend penser tout haut que vos parents ont du courage après tout!)

Quatrième surprise: Wow… je n’appelerais pas ça un traversier (en tout cas pas dans nos standards canadiens), J’appelerais plutôt ça un rafiot traversier. Et en plus, c’est étonnant de constater qu’il y a une foule de gens qui s’embarquent pour la traversée, qui débute à 23h00, pour arriver sur l’île à 7h00 le lendemain. Là je vous avoue que la moyenne d’âge des passagers (tous des touristes, en passant) est moins que la moitie de la moyenne d’âge entre Marc-André et moi (je vous laisse le soin de faire vos calculs). Alors dans le rafiot en question, il y a un grand dortoir rempli de matelas tous alignés sur le sol. Et sur deux étages en plus! (Oui, encore une fois les enfants, vous pouvez le croire, nous sommes vraiment montés a bord pour la traversée de nuit; et avec l’intention de dormir en plus!). Alors le rafiot part à 23h00 comme prévu et les lumières s’éteignent et les gens dorment… et nous aussi (comme prévu!).

Cinquième surprise: Nous nous réveillons à 6h00 le lendemain matin… AU PARADIS!!!

 

le mercredi 13 juillet:

Nous sommes sur notre île, en fin de compte, un peu fatigués mais heureux tout de même. Nous nous rendons immédiatement à l’école de plongée. Nous sommes les premiers arrivés de la journée et nous devons attendre jusqu’à environ 8h30 avant d’expliquer la situation car tout le monde dort encore. Nous débutons ensuite le cours de plongée car le temps est un peu compté pour nous vu le retard dans l’arrivée. Il faut d’abord visionner des vidéos, puis avoir des cours théoriques avec instructeurs. Ça dure tout le matin. L’après-midi se déroule en pratique dans la piscine avec tout l’équipement. C’est très amusant mais ça demande définitivement de la concentration et de la pratique. Pour terminer cette longue journée, nous avons encore deux vidéos à visionner et tout se termine finalement vers 18h00. Ce n’est vraiment pas difficile de se dénicher un restaurant sur le bord de la mer car c’est très touristique ici et toute l’infrastructure est là pour les touristes.

 

Nous nous couchons tôt!

le jeudi 14 juillet

Oui, c’est bien vrai: nous sommes toujours au paradis (ce n’est pas un rêve!).

 

Nous devons poursuivre les cours de plongée toute la journée pour les exigences du certificat. Alors ce matin, nous suivons le reste de la théorie et faisons un test écrit. Puis après diner, nous partons en bateau pour faire 2 plongées. Le ciel est plutôt gris mais il fait chaud. Le bateau nous amène d’abord au premier site de plongée. Nous sommes 5 personnes pour un instructeurs et un apprenti-instructeur. Nous descendons à 12 mètres de profondeur. Le plus difficile, c’est la descente des premiers mètres à cause de la pression qui doit être équilibrée dans les oreilles. Ça prend du temps et ça fait mal mais on y arrive tous. Une fois au fond, on pratique encore nos techniques et on part ensuite à la découverte du monde marin. Il y a beaucoup de poissons de toutes le scouleurs. Nous revenons à la surface après environ 30 minutes. Ça parait court mais vraiment, quand on plonge pour la première fois, c’est assez. Le bteau se déplace ensuite vers un autre site. Là il y a de la houle mais ça va quand même pour moi (qui ai une tendance au mal de mer). On retourne dans l’eau une deuxième fois, même profondeur. Après les quelques exercices, on repart en quête d’explorations. Là je vous avoue que le clou de cette plongée a été une belle tortue de mer qui se nourrissait paisiblement au fond pendant qu’on l’observait tous. Nous avons aussi vu une raie et pleins de poissons colorés. Il y a aussi eu une belle démonstration d’un poisson qui défendait son territoire en attaquant notre instructeur (rien de bien grave mais tout le monde préférait regarder qu’être la cible de l’attaque). En remontant de cette dernière plongée, le mal de mer a pris le dessus sur moi et mon estomac a tout rejeté avant que je remonte dans le bateau. Au moins je me sentais mieux après. Marc-André a eu la malchance d’expérimenter ce malaise (mais pour la première fois de sa vie) et il en a eu pour son compte car il s’est senti très mal jusqu’au retour au quai (il était littéralement vert). Ça a tout sorti avant qu’il descende… un autre qui s’est senti mieux après. 😉

On ne se couchera pas tard ce soir puisque la prochaine plongée est demain matin à 7h00!

le vendredi 15 juillet

C’est notre dernière journée de plongée pour obtenir notre certification. Il faut se lever tôt car on part en bateau à 7h30. Température stable, pas de vent, soleil. Nous partons à l’heure et nous rendons au site de plongée, qui est réputé pour ses gros bancs de poissons. C’est tout à fait vrai. Nous plongeons à 18 m, notre plus profond. Il y a des poissons partout autour de nous. Il y a énormément à voir, de tous les côtés. Nous remontons après 40 minutes.

 

Oh, j’ai oublié de préciser que nous avons tous les deux pris des comprimés pour le mal de mer ce matin alors tout va bien. Mais la mer est plus calme qu’hier de toute façon. Vers 10h00, le bateau se déplace au prochain site. Deuxième plongée, où nous observons, entre autres, deux raies et une murène. Le tout se termine avant l’heure du diner.

 

 

Ça fait du bien prendre une douche et relaxer en après-midi. Le ciel est partiellement couvert mais il fait chaud alors nous en profitons pour explorer l’île un peu. Nous nous rendons jusqu’au quai par où nous sommes arrivés sur l’île. Marc-André en profite pour goûter à une crêpe au nutella, préparée par un vendeur de rue. Délicieuse!

En soirée, nous allons visionner une vidéo de notre périple en mer car un gars de la place nous a suivi et a filmé tout le groupe. C’est intéressant à voir, surtout de revoir les poissons et la vie marine qui nous entouraient lors de nos plongées.

le samedi 16 juillet

Journée tranquille, mais qui commence par une courte visite à une clinique médicale pour soigner deux otites externes pour Andrée (manque d’habitude… c’est qu’on ne plonge pas souvent à Edmonton!).

Ce matin nous faisons une petite escapade en montagne pour nous rendre à un point de vue d’où l’on peut voir les deux côtés de l’île. La montée n’est pas trop longue mais il fait extrêmement chaud. D’en haut, on aperçoit la côte de la Thaïlande et de l’autre côté, les îles de Koh Phanghan et Koh Samui. C’est de toute beauté. Nous redescendons pour diner.

 

Nous profitons de la plage en après-midi. Ça a fait du bien de relaxer.

le dimanche 17 juillet

Difficile à croire mais c’est déjà notre dernière journée sur l’île de la tortue, Koh Tao de son petit nom. En effet, nous quittons l’île ce soir à 21h00 par le bateau de nuit. Nous nous levons tranquillement, pas de presse aujourd’hui. Petit déjeuner, lecture, flânage puis on va faire nos valises. On peut les laisser au bureau de l’école de plongée pour la journée.

Pour diner, nous goûtons aux fameuses soupes thaïlandaises, la mienne au poulet, choux et lait de coco, celle de Marc-André aux nouilles et poulet. Nous nous trouvons ensuite un beau petit coin de plage pour lire à l’ombre. Vers 15h00 nous nous deplaçons et Marc-André s’installe à un bar au bord de la plage tandis qu’Andrée s’en va se baigner. Ca passe les deux prochaines heures, puis on va prendre une douche avant de partir pour le quai. C’est une petite marche avec les sacs à dos mais on s’y rend facilement.

Le bateau est à quai et nous y laissons nos sacs avant de partir souper. Un autre délicieux repas et il est presque tant d’embarquer. Cette fois-ci le bateau est un peu mieux que la première fois… nous sommes couchés dans un grand dortoir sur l’étage supérieur, qui semble un peu plus propre que le dortoir de l’autre bateau. Toutes les couchettes sont occupées. Le bateau quitte le quai à 21h00, comme prévu. Les lumières s’éteignent et c’est le silence. La mer est calme mais le bateau tangue sensiblement malgré tout. Bonne nuit!

le lundi 18 juillet

Arrivée à bon port à l’heure prévue soit 6h00. On se trouve un taxi (pas trop conventionnel…. petite camionnette miniature pour asseoir des passagers à l’arrière) et on se rend à l’aéroport de Surat Thani en 40 minutes. Nous sommes les premiers arrivés pour le vol de 8h40.Nous avons donc amplement le temps de déjeuner avant le décollage, qui est pile à l’heure. Nous arrivons à Bangkok à 9h40. Nous connaissons déjà le coin de cet aéroport alors nous partons faire de l’Internet et manger en dehors avant de repartir. Nous trouvons l’information recherchée: il y a un bus entre les deux aéroports.
Nous repartons donc avec nos sacs à dos et attrapons l’autobus presqu’immédiatement. Il se rend à l’aéroport en 50 minutes ce qui fait que nous y arrivons vers 13h00. Là nous nous rendons au comptoir de la compagnie pour voir si on pourrait faire devancer notre vol, qui est à 8h40 ce soir. Ça fonctionne et on va partir à 17h40, ce qui fait vraiment notre affaire. Vol à l’heure et arrivée à Phnom Penh à 19h15 environ. La demande de visa et tous les controles à l’aéroport se font assez vite. On se rend à l’hotel, qui est situé en plein centre-ville. Il y a beaucoup à regarder durant le trajet.

Continue Reading

Bangkok

Le jeudi 7 juillet

Nous nous sommes levés à 4h15 ce matin (ouch… ça fait mal!) pour pouvoir prendre l’autobus et se rendre à l’aéroport. Après deux heures et demi de vol, on arrive à Bangkok. Encore une fois, on passe par les étapes de douanes, visas, argent à retirer et sortir de l’aéroport cette fois avec un taxi. On a trouvé l’auberge ou les filles avaient habité l’an dernier. C’est très bien situé, dans un coin plus tranquille, au bord de la rivière. Par la suite, nous avons marché jusqu’à la rue la plus touristique, bordée de bars et de vendeurs de rue. Bangkok est tellement plus pauvre et désorganisée que Hong Kong. Les gens sont pas mal moins bien habillés. C’est tellement pas cher ici. C’est la moitié de ce qu’on payait pour l’hôtel, la nourriture, l’internet.

Observations:

  • On peut manger partout (il y a des petits kiosques à chaque 2 pas), à peu près n’importe quoi, à toute heure du jour.
  • Les thaîlandais sont très souriants. Par contre, en tant que touriste, il faut faire attention aux attrapes car il y en a qui nous disent n’importe quoi pour avoir notre argent (spécialement les chauffeurs de tuk tuk)
  • J’ai découvert qu’il y a une multitude de choses qui se mangent (mais il y en a plusieurs que je ne veux absolument pas goûter!)
  • Le trafic est un peu cahotique… on conduit à gauche, comme les anglais.
  • Impossible de décoder le thaîlandais… ouf, quel alphabet!!!

Le vendredi 8 juillet

Ce matin nous nous levons tôt (il faut dire que nous avons reculé l’heure hier durant le vol). Nous sommes maintenant à 11 heures en avance sur Québec et 13 heures sur l’Alberta. Il fait un soleil radieux et en plus, il fait déjà chaud mais il y a une bonne petite brise. Nous prenons le déjeuner à l’hôtel… je mange 2 toasts au beurre d’arachides (MIAM!!!) et Marc-André prend un déjeuner aux oeufs. Nous partons ensuite à l’aventure, tout d’abord vers le bord de la rivière ou nous voulons prendre un bateau navette pour nous rendre au palais royal. Il y a plusieurs bateaux navettes tout le long de la rivière et le système est assez facile à comprendre (et pas cher du tout 50 cents par voyage). On y arrive quelques minutes plus tard mais le palais est fermé pour la journée pour cause de cérémonie spéciale. On décide d’aller visiter un temple tout près (Wat Pho). C’est un gros complexe ou il y a plusieurs bâtiments à voir. Aussi, ce temple est célèbre pour son bouddha géant allongé sur le côté.

On retourne ensuite à la rivière pour visiter un autre temple, situé à peu près en face mais sur l’autre berge (Wat Arun). Celui-ci est tout en hauteur et on peut y monter. Les marches sont extrêmement hautes et à pic. Non recommandé pour ceux qui ont le mal des hauteurs!!! Par contre, quelles belles photos on peut faire de là-haut.

On prend un bon dîner dans un tout petit restaurant après cette visite. Quelle merveille cette nourriture thaîlandaise. On se régale, il n’y a pas de doute. Finalement, on reprend le bateau pour revenir à notre quai initial.
En fin d’après-midi, nous retournons à l’auberge pour faire une petite sieste. On est en vacances après tout alors il faut se reposer aussi! On repart vers 18h00 pour se rendre sur une rue assez touristique ou nous arrêtons prendre une bière sur une terrace. Ça fait du bien de s’asseoir. Puis nous marchons de nouveau pour trouver un beau petit restaurant sur le bord du canal, pas loin de notre auberge. Je sais que je me répète mais la nourriture est divine! Toutes ces saveurs dans l’assiette sont merveilleuses. Pour la premiere fois depuis que nous sommes en Thailande, il y a un gros orage qui frappe. La pluie déferle… le déluge en un éclair. Nous restons simplement assis au petit restaurant (extérieur mais couvert par une bache) et attendons que ça passe avant de repartir à l’auberge.

le samedi 9 juillet 2011

Aujourd’hui nous avons decidé d’aller au plus gros marché de Bangkok, qui est un marché de fin de semaine seulement. Selon le guide touristique Lonely Planet, le marché Chatuchak compte 15 000 petits kiosques et son affluence est d’environ 200 000 visiteurs par jour. Vous pouvez imaginer la scène! Nous nous y rendons en tuk tuk et pas question de les laisser fixer un prix exhorbitant. Nous décidons d’abord et marchandons clairement ensuite (et ça fonctionne!). Le marché est à environ 15 km de notre auberge alors c’est un bon tour en tuk tuk et ça nous donne l’occasion d’expérimenter le savoir-faire de ces conducteurs, qui se faufilent continuellement dans le trafic.

Wow… difficile de décrire ce marché! Si les bains de foule et la chaleur ne vous font pas peur, c’est la place à visiter la fin de semaine. IL Y A DE TOUT… des pires cochonneries aux plus belles pièces d’art, en passant par les bijoux, la céramique, le linge et même les meubles. Sans oublier la bouffe à chaque deux pas. L’endroit est littéralement un labyrinthe mais détrompez-vous, il y a une certaine organisation dans tout ce bazar. On peut même suivre sur une carte grêce aux numéros de sections. Une chance sinon n’importe qui pourrait s’y perdre. Nous y restons jusqu’à 14h00, ce qui n’est pas si mal sous cette chaleur. Juste pour vous le préciser, la sueur nous dégouline continuellement partout sur le corps et on boit sans arrêt une quantité phénoménale de liquide. Retour en tuk tuk, bien sûr (même marchandage, même prix!). On s’en vient des experts 😉

Retour dans notre petit quartier et recherche d’une clinique médicale. Rien de bien grâve mais Andrée doit faire vérifer des éruptions cutanées suspectes qui l’irritent depuis quelques jours (oui Stéphanie… je sais à quoi tu penses: souvenirs de Stockholm); verdict: allergie à la crême solaire! Disons qu’on s’en doutait mais il était tout de même prudent de vérifier. Après un petit repos à l’auberge, nous retournons dans le quartier touristique pour prendre une bière. L’orage déferle en soiree, comme hier en fait. Alors ça semble être ça la mousson. Soleil radieux en journée suivi d’un orage éclair en soirée. Nous soupons sur une terrasse à l’abri de la pluie et retour à l’hôtel assez tôt.

le dimanche 10 juillet

Encore une belle journée chaude et ensoleillée. Que nous sommes chanceux. Ce matin nous partons à la conquête du Palais royal et c’est par bateau navette que nous nous y rendons. Petite remarque: les filles, vous aviez raison… les bananes frites sont très bonnes! Nous arrivons parmi la horde de touristes. Tout d’abord, je dois faire la file pour louer une chemise vu que j’ai les épaules à découvert. On n’accepte pas le sarong (genre de morceau de tissu à tout faire) pour le haut du corps. Pendant ce temps, Marc-André fait la file des billets. On s’en tire assez vite et on commence notre visite des pavillons et édifices divers du complexe royal. On pourrait prendre des photos à chaque 2 pas tellement c’est beau à voir. Beaucoup de dorures et de fines décorations. Entre autres choses, nous avons vu le fameux Bouddha d’émeraude, qui est très vénéré par tous les thaïlandais.

Nous repartons vers l’heure du dîner et prenons de la nourriture à un des nombreux kiosques, en chemin. Puis un autre tour en bateau nous ramène au quai d’origine. Nous flânons dans un parc, à écrire des cartes postales. De retour à l’auberge, nous faisons notre lavage et repartons de plus belle.
Soirée plutôt habituelle: nous flânons dans les rues, à la recherche du souper et le ciel nous tombe sur la tête (eh oui, un autre orage en fin de journée, on s’y habitue vite).

le lundi 11 juillet

Ce matin nous marchons sous un ciel bleu pour nous rendre au parc Drusit ou il y a une série d’anciens bâtiments royaux (par exemple, la maison du grand-père du roi actuel). Nous visitons ces bàtiments en matinée, dînons sur place et remarchons tranquillement dans notre petit quartier.

Nous arrêtons à un autre temple (wat) en passant. Mine de rien, la journée passe car il est 15h00 à notre retour.

 

Demain, nous partons pour Koh Tao, une petite île dans le golfe de la Thaïlande, passer 5 jours pour apprendre la plongée sous-marine. Nous suivrons des cours pendant 3 jours.

Continue Reading

Hong Kong

Le 1er juillet

Hong Kong: pas de meilleur endroit pour débuter notre voyage! Tout bouge sans arrêt dans cette magnifique ville.
Ce qui frappe à premier abord, ce sont les néons partout. Il faut dire que nous sommes arrivés hier soir, après un long vol d’environ 13 heures. Méchant décalage horaire en plus: ici on est en avance de 14 heures par rapport à Edmonton. Imaginez combien on est sonnés en sortant de l’avion! Malgré tout, nous avons dormi un peu durant le vol et nous savons où nous allons. Alors nous embarquons à bord d’un autobus qui nous conduit en ville, plus précisement dans le quartier Kowloon, sur le continent, juste en face de l’île de Hong Kong. On ne sait plus ou jeter notre regard durant le voyage en autobus. Il y a tant à voir. En descendant, on se fait assaillir par des vendeurs de toutes sortes. Il faut être ferme et dire non clairement pour avoir la paix! Nous marchons 2 minutes parmi la FOULE pour arriver à l’auberge de jeunesse. Tout va bien, nous avons notre chambre, qui est décente et surtout, très bien située. On se couche tôt.

Le 2 juillet

Nous avons dormi quoique le sommeil a été un peu interrompu par des petites passes d’éveil. Nous nous levons tôt… plus capable de dormir. Nous partons en métro pour aller sur l’île de Hong Kong. Premier but: trouver l’ambassade du Vietnam pour obtenir des visas nécessaires pour y entrer. Pas de chance: on est samedi alors c’est fermé. On se rend ensuite à une des attractions principales: The Peak… une butte montagneuse que l’on gravit en tram et d’où on peut admirer les grattes-ciel de la ville. Pas de chance: le tram est brisé. Pas de probleme… on marche et on se promène dans les rues, il y a tant à voir. On se rend dans le quartier des affaires (Central Statue Square), puis on passe d’un marché à l’autre. Il y a du monde partout! Laville est fascinante car elle a deux facettes: un côté archi-moderne et un côté très traditionnel. Et tout le monde a les yeux bridés et les cheveux noirs (ou presque!). D’ailleurs, il y a quelque chose d’étrange à voir Georges Clooney et Julia Roberts sur de gros panneaux publicitaires!

Nous dînons dans un tout petit restaurant local ou on mange une assiette de riz collant avec des baguettes. On y arrive malgré l’inexpérience (merci Stéphanie pour ta leçon de dernière minute avec les baguettes!). Après avoir marché de plus belle, nous revenons à l’auberge: nous n’en pouvons plus, le sommeil nous gagne alors nous devons aller faire la sieste entre 14h30 et 16h30. C’est que ça tape ce décalage! Ensuite nous reprennons le métro pour nous rendre près du marché illuminé (Temple market). J’ai cependant fait d’abord un petit arrêt au marché de Jade pour acheter des petits souvenirs. La noirceur tombe peu à peu et nous commencons à déambuler dans les rues bondées et illuminées du marché. Pas mal de bric à brac. Ça ressemble à plusieurs marchés en Europe. Nous arrêtons prendre un souper de nouilles (encore des baguettes, désespoir 😉
On termine la soirée en remarchant jusqu’à l’hôtel. Coucher encore tôt (22h00).

Le dimanche 3 juillet

Nous avons passé une meilleure nuit. Lever tôt (pour Marc-André en tout cas). Aujourd’hui nous voulons visiter l’île de Lantau et son Bouddha géant. Nous partons d’abord en métro. C’est assez loin mais ça se fait tellement bien. Le métro est vraiment moderne et nous débarque sur l’île. Puis nous prenons un long téléphérique (digne de celui pour monter a Sunshine, dans les Rocheuses). Le plancher de notre cabine est en verre. Quelle vue… surtout que ça prend un bon 20 minutes pour arriver en haut des collines, qui sont couvertes d’une végétation plutôt tropicale, et d’une rare beauté. Une fois arrivé en haut, il faut monter 168 marches pour arriver au Bouddha géant. Vous pouvez imaginer la vue tout en haut.

Buddha

Ensuite nous prenons le bus pour nous rendre à l’autre bout de l’île, dans un petit village où nous allons prendre un traversier. Mais d’abord, dîner dans une terrace, sous un parasol, sur le bord de l’eau. Il fait beau aujourd’hui… et très chaud, très humide.
Nous prenons ensuite un traversier pour nous rendre sur une autre île: Cheug Chau Island. C’est une belle petite île de villégiature près de Hong Kong. Il y a des plages et les citadins s’y rendent pour échapper à la chaleur. Nous faisons le tour des petites rues très chaudes. Nous soupons sur le bord d’un quai et devinez quoi: nous mangeons des fruits de mer et du riz avec des baguettes! Marc-André goûte même à du calmar (avant de savoir que c’est du calmar!). Tout est délicieux! Départ de l’île en traversier à 18h30 pour revenir sur l’île de Hong Kong.

Cheun Chau

De là, nous devons changer de traversier pour retourner sur le continent. Nous y arrivons juste à temps pour voir le spectacle de sons et lumières présenté tous les soirs au-dessus de la baie. Et voilà, nous revenons tout juste à l’auberge pour faire de l’Internet.

Le lundi 4 juillet

Nous avions une mission ce matin: se rendre à l’ambassade du Vietnam pour aller chercher nos visas. Il fait toujours aussi beau et chaud (un tantinet humide 😉

Nous y arrivons à l’ouverture, soit à 9h30. Nous faisons la file; nous ne sommes pas les seuls. Pas de problème pour obtenir les visas. Prochaine étape, l’attraction majeure de Hong Kong: le tram pour se rendre en haut de la butte (The Peak). Wow, on comprend pourquoi c’est l’attraction majeure. On monte en tram à flanc de montagne pour arriver au sommet… au-dessus des grattes-ciel. La vue est imprenable!!! Surtout que le ciel est clair. C’est tout en haut que nous dînons, puis nous reprenons le tram pour redescendre.

Nous décidons alors de commencer à planifier notre journée de demain en allant acheter nos billets pour le traversier qui nous mènera à Macau. C’est sous un soleil de plomb que nous nous rendons au quai de départ. Tout fonctionne bien et nous pouvons continuer nos plans de la journée. Il est 14h30 et nous reprenons le métro pour nous rendre au nord ou il y a des marchés très spéciaux. Tout d’abord, le marché aux oiseaux. C’est un parc ou les gens amènent leurs oiseaux en cage pour leur faire prendre l’air: génial! On y vend aussi des oiseaux et des accessoires. Les petites cages sont presque des oeuvres d’art. Puis tout près, il y a le marché aux fleurs. Un régal pour les yeux et le nez! On continue quelques rues plus loin en traversant un autre marché (de bébelles style Dollorama) pour arriver au marché aux poissons. Là il y a une concentration de magasin d’accessoires et de poissons à vendre. Nous faisons un petit arrêt dans un salon de thé avant de reprendre le métro pour revenir au bercail.

Une autre journée passionnante, comme vous pouvez le constater. Avant de terminer, voici quelques observations sur Hong Kong:

Tout ce qui est Britannique est bien ancré ici: on conduit à droite, l’auto est sur la voie de gauche. Un peu mêlant avant de traverser la rue!!! Les magasins n’y font pas exception: M&S, Clarks, Body Shop, etc…

Les gens d’ici sont très disciplinés. Malgré les foules, personne ne se bouscule ou n’essaie de dépasser ou quoi que ce soit. Tout le monde attend son tour.

La vague d’obésite qui déferle sur le monde occidental ne semble pas être arrivée ici mais ça ne va sûrement pas tarder car les chaînes de restauration rapide (McDo, Burger King, KFC, etc) sont partout et semblent appreciées.

  • Le poulet et le canard semblent interchangeables dans les mêts… KFC devrait s’appeler KFD!
  • Les pattes de poulet se mangent (je ne sais pas comment par contre!!!)
  • Les échafaudages sont faits en… bambou! Et je parle de tous les échafaudages… même en hauteur!
  • Les noms des rues sont écrits en anglais et en chinois (une chance!)
  • Avec une seule carte (la carte Octopus), on peut utiliser les autobus, les tramways, le métro, les traversiers, et même payer dans certains restaurants.

Le mardi 05 juillet (journée à Macao)

Nous prenons le traversier rapide ce matin pour nous rendre sur une île pas trop loin de Hong Kong: Macao, qui est une ancienne colonie Portugaise. La traversée prend environ une heure et pour tout dire, Andrée la trouve longue car il y a pas mal de houle au départ et elle se sent mal en partant. Après les contrôles d’identité, nous sortons du port et prenons un pousse-pousse à bicyclette pour nous rendre aux ruines d’une cathédrale, en passant par le centre de la ville. Ici c’est comme un mini Las Vegas. Il y a une agglomération de casinos et les gens y viennent pour jouer pendant une journée ou passer des vacances.

Il fait un soleil de plomb (nous vous méprenez pas, on ne se plaint pas… on en profite car il ne fait JAMAIS aussi chaud à Edmonton). On visite (en marchant tranquillement), le site de la cathédrale, dont il ne reste que la façade), puis une forteresse tout près (transformée en musée) et finalement un ancien cimetière protestant. On redescend vers le centre en passant par un dédale de petites ruelles. On prend un petit dîner de nouilles en plein air (la dame est un peu frustrée après nous car on la paye en dollars de Hong Kong et elle voudrait des dollars de Macao ;-D). On se retrouve finalement dans une grande allée pavée et ouverte au centre de la ville. Ici on se croirait en Europe (les rues, les bâtiments, les scooters, etc).

On décide d’aller faire un petit tour à l’intérieur des casinos car après tout, c’est une des attractions principales de Macao. Mais quand on a vu les casinons de Las Vegas, on a tout vu (ou presque). On retourne finalement vers le port en marchant. Le bateau repart à 18h15, arrivée une heure plus tard. Soirée plutot tranquille; pouvez-vous croire qu’on est crevés le soir?!

Le mercredi 06 juillet

Dernière journée à Hong Kong et vu que nous y avons visité les principales attractions, nous décidons de prendre ça mollo. Nous n’avons qu’un but: prendre le plus long escalier roulant de Hong Kong. Celui-ci part au bas de la côte, tout près de la station de métro Central, et monte à flanc de montagne, parmi les rues de la ville. Vous me comprenez bien, je parle d’un escalier roulant extérieur, qui monte par sections sur une distance impressionnante et une élévation de 700 m. En plus, il est surélevé par rapport aux rues alors on se déplace avec vue panoramique. C’est génial. Le but est de faciliter le déplacement des citadins qui vivent à flanc de montagne. La ville est plutôt compressée et il y a pas mal de grattes-ciel construits assez haut. Alors ce moyen de transport est utilisé par pas mal de monde! Il faut dire que le déplacement en voiture n’est pas populaire ici et pas souhaitable non plus. Les transports en commun sont extrêmement bien développés. Alors une fois en haut, il faut redescendre à pied donc nous décidons de prendre un différent chemin et de couper à travers le Zoo et jardin botanique. Quelle bonne idée. Un vrai petit coin de paradis insoupconné au beau milieu d’une ville compressée! Nous prenons notre temps et profitons de cette belle marche. Nous y prenons notre dîner et continuons à descendre vers la rue principale, tout en bas.

Autre expérience plaisante: nous montons à bord d’un wagon de tramway. Ça aussi, c’est plaisant. On s’asseoie en haut et on a un tour de ville presque gratuit, encore une fois. Il nous amené jusqu’à l’hippodrome (nous ne l’avions pas encore vu). Retour au centre par le même moyen de transport puis marche à travers les rues avec un peu de magasinage (oui, il y a un H&M ici!!!). Finalement, c’est en métro que nous retournons à l’hôtel pour se reposer un peu avant le souper. Demain, nous partons en avion pour Bangkok!

Continue Reading

Préparatifs

Hong Kong, Thaïlande, Cambodge, Vietnam : 7½ semaines…

Quand nous avons planifié ce voyage, nous pensions avoir assez de temps pour visiter tout le continent. Mais à mesure qu’on lisait des guides touristiques, on réalisait qu’il y avait tant à visiter qu’on devrait se limiter à 4 pays seulement.
Ce sera la 1e fois qu’Andrée et moi partons tout l’été sans les enfants. Ceux-ci s’occuperont des chiens et de la maison.
Maintenant que les billets d’avions des vols intérieurs sont achetés, que les premiers hôtels sont réservés, que la grève d’Air Canada ne s’est pas concrétisée, nous sommes prêts à partir. Nous terminons le travail mercredi prochain et nous partons le lendemain matin : Edmonton – Vancouver – Hong Kong.
Sébastien a passé son audition samedi passé. Ça a bien été et il attend de savoir s’il est accepté ou non. Il est allé rejoindre Alexia au Nicaragua. Ils reviendront ensemble le 15 juillet après avoir voyagé un peu. Stéphanie sera alors en stage.

Nous n’apportons pas beaucoup de linge car nous voulons en acheter sur place. La température sera chaude, humide et on s’attend à des orages qui tombent fort mais pas longtemps.

Continue Reading