Amazonie

Le vendredi 25 juillet

Les déplacements se font souvent tôt… Nous quittons l’auberge de Quito en taxi à 7h pour aller prendre l’avion en direction de Coca, à l’est du pays. Nous survolons les Andes et atterissons dans le bassin de l’Amazone. Inutile de vous dire que l’environnement change de façon drastique. À Quito c’était la montagne et l’altitude. Ici c’est la forêt amazonienne chaude et surtout humide. Nous embarquons pour une croisière d’une semaine dans cet environnement fascinant. Mais d’abord, transport en autobus jusqu’au port puis par canot jusqu’au bateau (le Manatee). Nous ne sommes que 8 passagers alors que le bateau petit en accommoder jusqu’à 28. Il y a plus de membres d’équipage.

Nous descendons la rivière Napo. Nous faisons une petite excursion en canot le long des berges et près de quelques – unes des îles de cette immense rivière. En fait l’aventure commence réellement après le souper: nous prenons alors une marche à la noirceur. On voit une tarentule (géante), un serpent, des termites, etc.

La croisière semble très bien organisée. Deux guides chevronnés nous accompagnent les des excursions. On a droit à un superbe ciel étoilé avec les constellations de l’hémisphère sud avant le dodo!

Coca, le Manatee est à deux heures de canot
La rivière Napo
Première excursion en canot

Le Manatee

Le samedi 26 juillet

La règle d’or pour observer la nature est de se lever tôt alors nous partons en canot à 7h pour un trajet de deux heures qui nous amène à un lac. Nous remontons un des confluents du Napo. Nous observons des plantes et des animaux dont plusieurs singes et de nombreux oiseaux. Arrivés au lac, nous faisons une piste en forêt.

Nos guides sont de vrais professionnels; ils donnent plusieurs explications sur les écosystèmes de l’Amazone, les populations indigènes qui y habitent, etc. Mais le plus fascinant reste toujours l’observation d’oiseaux, d’insectes, d’animaux, de plantes, tous plus intéressants et divers les uns que les autres. Par exemple, nous avons la chance d’apercevoir un dauphin rose (eh oui, il y a même des dauphins ici) qui nage à la surface de l’eau.

L’excursion se termine à 17h30… Inutile de spécifier que tout le monde est crevé après cette journée bien remplie.

Le dimanche 27 juillet

La meilleure façon de comprendre ce qu’est la forêt tropicale humide est de s’y promener… la nuit! À la noirceur cet environnement prend toute une autre dimension; les bruits, les ombres, les odeurs, les insectes, la pluie, la vase sous nos pas. En plus nous avons la chance de croiser 2 serpents, des grenouilles, des araignées scorpions, des tarentules, des insectes, etc. Quelle expérience mémorable!

Surtout que la journée a débuté avec une autre expérience fantastique : observation des perroquets près d’un cours d’eau où ils vont boire de l’eau qui contient les minéraux dont ils ont besoin pour leur digestion. Et il faut avouer que les sons produits par des centaines de perroquets est une expérience en soi. En plus ils sont tous partis à voler en même temps car un faucon a survolé le ciel!

Araignée scorpion

Le lundi 28 juillet

C’est fou ce qu’on peut observer ici en se promenant sur un petit bateau si on porte attention à ce qui nous entoure. Ce matin, nous faisons une courte expédition et nous avons la chance de voir des toucans, des singes et plusieurs autres oiseaux. Mais le plus intéressant est l’expédition en fin d’après midi qui s’est terminée en soirée. Nous sommes sur un lac dans un petit bateau à moteur et cette fois la faune et la flore diffèrent de ce que nous avons vu jusqu’à présent. Encore de nouvelles espèces extrêmement bien adaptées à leur environnement. Au début nous voyons facilement les oiseaux et à mesure que le jour s’estompe, les poissons sautent tout autour pour manger des insectes, puis c’est au tour des chauves souris de sortir pour se nourrir. Enfin les grenouilles se mettent de la partie et c’est tout un concert qui nous entoure. Finalement, lorsque la noirceur est définitivement tombée, notre guide nous montre les caïmans qui sortent à leur tour pour se nourrir. De retour au bateau nous faisons le décompte de toutes les espèces observées, comme à tous les jours… La liste est de plus en plus longue!

La pluie et la boue!

L’industrie pétrolière est présente
Plusieurs indigènes y travaillent

Le mardi 29 juillet

Le bateau a des problèmes mécaniques et ne peut plus naviguer. Nous partons tout de même pour notre expédition quotidienne. On nous amène en canot à moteur prendre une marche dans la forêt. On marche beaucoup dans la vase et c’est très glissant. Nous rions bien avec la famille hollandaise et leurs deux garçons car nous faisons tous de vraies acrobaties pour ne pas tomber quelquefois. De retour sur le Manatee, on nous apprend qu’il ne sera pas réparé et qu’on nous transfère au deuxième bateau de la compagnie, l’Anaconda, construit il y a moins d’un an et beaucoup plus luxueux. En plus, on nous donne une cabine de luxe avec balcon. Nous sommes contents d’essayer l’autre bateau, plus grand (40 passagers) mais nous trouvons que nous sommes plus loin de la nature dans tout ce luxe, avec les grandes fenêtres, une salle à manger digne d’un restaurant luxueux, etc. En fin d’après-midi, nous faisons une deuxième excursion, cette fois, sur une île de la rivière Napo.

Enfants d’une famille habitant sur les rives du Napo

L’Anaconda, bateau plus luxueux

Le mercredi 30 juillet

Nous avons une excursion toute la journée, 1h30 de canot à moteur pour remonter une rivière jusqu’à un lac et un ancien hôtel abandonné dans la jungle. Nous commençons à reconnaître les oiseaux. Par contre, nous en voyons de nouveaux ainsi que plusieurs singes.

Lever du jour dans la forêt amazonienne
Excursion en canot
Hôtel abandonné avec une tour d’observation

Le jeudi 31 juillet

C’est notre dernière journée sur la rivière Napo. Nous avons fait une excursion près de Sani lodge, un hôtel administré par des indigènes de la place. Nous débutons par un tour en canot à ramener sur un lac très calme, puis une visite de la communauté Quechua. Là nous avons une visite guidée des installations (maisons, école, plantation, bain d’élevage de tortues, etc.) et on nous fait goûter à quelques mets traditionnels. Miam les bons coeurs de palmiers! En fin d’après-midi, nous faisons un dernier tour mais cette fois en kayak sur un petit bras de rivière très paisible ou l’on voit des tortues et des oiseaux.

Nous passons la dernière nuit à bord du bateau et partons demain matin pour retourner à Quito.

Trouvez le caiman

Communauté Quechua
Un coeur de palmier

Le vendredi 1er août

Lever à 6h00 du matin comme d’habitude, puis départ pour Coca après le déjeuner. D’abord on fait deux heures de canot motorisé, puis c’est au tour de l’autobus pendant quelques minutes, pour arriver à l’aéroport. On prend ensuite l’avion (30 min) pour Quito et le taxi (1 heure) pour arriver à l’hôtel. Nous sommes maintenant longs de cette merveilleuse forêt.

Notre séjour dans la forêt amazonienne nous a permis d’apprécier ce que l’on surnomme le poumon de la Terre. Nous avons eu la chance d’apprivoiser cet environnement un peu plus chaque jour car il nous paraissait de plus en plus familier malgré le peu de temps que nous y avons passé!

Coca, on aperçoit un volcan au loin

 

Retour à Quito

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *